Décisions du gouvernement Charest : Solidarité rurale du Québec est très préoccupée

Nicolet (Québec), 12 novembre 2003 – Des régions aux hôpitaux : moinsd’acronymes, moins de démocratie. A chaud, à la suite du dépôt par lesministres Couillard, Normandeau et Audet, des projets de loi 34 et 25,Solidarité rurale du Québec, l’instance-conseil du gouvernement en matière dedéveloppement rural, est très préoccupée par la légitimité des futursadministrateurs des Instances locales des services de santé ainsi que de ceuxdes Conférences régionales des élus (CRE).

En effet, lors d’une rencontre privée avec la ministre Normandeau, MarieAnne Rainville, secrétaire générale par intérim de Solidarité rurale duQuébec, a expliqué que la coalition l’avait fortement invitée à inscrire dansla loi 34 l’élection des préfets au suffrage universel afin que ceux-cis’occupent des affaires locales et régionales avec les marges de manoeuvre queseule une élection peut offrir. Madame Rainville ajoutait : « Nous avionségalement proposé la création de collèges électoraux pour désigner, tant auniveau local, le CLD, qu’au niveau régional, les CRE, les représentants de lasociété civile. Enfin, nous avions demandé à la ministre d’intercéder auprèsde son collègue de la santé pour qu’il prenne en compte la nature des CLSCruraux où siègent des hommes et des femmes élus, impliqués et préoccupés desaspects communautaires et curatifs de la mission de leurs institutions. Nousavions aussi parlé de la légitimité des élus scolaires. Il est juste de croireque l’argent public doit être géré par des élus, des élus représentatifs etimputables comme les maires le sont auprès de leur population. »

Après avoir réuni son conseil d’administration, Solidarité rurale du Québec devrait inviter le gouvernement libéral à choisir en toute chose et en tout temps la démocratie représentative.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Solidarité rurale
http://www.solidarite-rurale.qc.ca/

Commentaires