De meilleures conditions pour les producteurs de semences pedigrees

Saint-Hyacinthe (Québec), jeudi 15 avril 2009 – Les producteurs de semences de qualité supérieure (pedigrees) destinées aux grandes cultures ont conclu une entente de principe dans la présente négociation avec les représentants des différentes associations liées à la mise en marché des semences. Cette entente pave la voie à une convention qui répond mieux à la réalité de production des membres du Syndicat des producteurs de semences pedigrees du Québec. Elle favorisera un meilleur équilibre entre les besoins des producteurs et ceux des marchands.

Il faut se rappeler que les producteurs de semences pedigrees fournissent des semences d’origine génétique utilisées dans les grandes cultures commerciales du Québec, soit celles du blé, de l’orge, de l’avoine. Ils fournissent également une partie des semences de soya.

« Le contexte a beaucoup changé depuis la dernière convention signée en 2003 et des modifications s’imposaient pour le bien de l’ensemble de notre secteur de production », constate monsieur Paul Adam, président du syndicat. Les producteurs sont en effet confrontés à des coûts d’exploitation à la hausse compte tenu, maintenant, des plus grandes distances à parcourir pour acheminer des semences à un poste de conditionnement. Il faut noter également que les pratiques commerciales évoluent sans cesse et qu’elles demandent de plus en plus de souplesse pour répondre rapidement aux besoins du marché. Tout cela a un coût.

« Nos membres vont pouvoir profiter de revenus adaptés aux frais d’exploitation réels et aux nouvelles exigences du marché, indique monsieur Paul Adam. Par conséquent, les marchands vont profiter d’une plus grande stabilité d’approvisionnement. »

Des amendements nécessaires pour la vitalité du secteur
Des amendements significatifs sont prévus par rapport à la convention de 2003. En particulier, deux nouveautés sont à signaler.La première nouveauté touche la pratique des superficies en option. Pour assurer un meilleur approvisionnement, les marchands demandent de plus en plus souvent aux producteurs de semer des superficies en option. De cette façon, les marchands se donnent la possibilité d’acheter une portion supplémentaire de semences en plus du volume prévu dans le contrat ferme. Cette souplesse est de plus en plus appréciée de la part des marchands qui se donnent ainsi une marge de manoeuvre. L’amendement concerne la compensation accordée au producteur de semences lorsque le marchand n’utilise pas le volume additionnel qu’il a demandé. Dans ce cas, le montant à verser au producteur est dorénavant un montant fixe de 50 $ par hectare. Cette somme fixe remplacera avantageusement le mode de calcul complexe utilisé jusqu’à maintenant et permettra aussi de mieux faire face aux dépenses encourues. Cet amendement apporte un correctif nécessaire et permet ainsi aux producteurs de continuer d’offrir cette souplesse de plus en plus appréciée par les marchands.

La deuxième nouveauté à signaler concerne la prime. Il s’agit du montant versé au producteur pour couvrir certains frais connexes, principalement les frais de transport des semences jusqu’au poste de conditionnement et les nouvelles exigences concernant la qualité des lots de semences. Le projet de convention prévoit une prime minimale de 55 $ par tonne métrique de semences avant conditionnement comparativement à la prime minimale actuelle de 40 $. Ce montant couvrira de façon plus adéquate les dépenses additionnelles engendrées par les critères de qualité plus élevés et les plus grandes distances à parcourir pour la livraison des lots.

À ces deux amendements s’ajoutent d’autres améliorations qui sont nécessaires. « Il est prioritaire pour nous de clarifier certains aspects et, de façon générale, de parfaire cet outil qu’est la convention pour qu’elle reflète l’évolution des conditions de production », conclut le président du syndicat.

Une convention qui touche 500 producteurs
Le Syndicat des producteurs de semences pedigrees du Québec est affilié à la Fédération des producteurs de cultures commerciales du Québec. Il compte quelque 500 membres présents dans la presque totalité des régions du Québec. Ces producteurs fournissent des semences de grande qualité, qui se démarquent par leurs caractéristiques particulières. La semence pedigree assure la pureté génétique, elle réduit les risques de maladie et garantit un niveau minimal de germination.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs de cultures commerciales du Québec
http://www.fpccq.qc.ca/

Commentaires