Discours sur le budget 2003-2004

Québec (Québec), 11 mars 2003 – Dans son discours sur le budget, la vice–première ministre, ministre d’État à l’Économie et aux Finances, ministre de l’Industrie et du Commerce et ministre de la Recherche, de la Science et de la Technologie, madame Pauline Marois, confirme la place importante qu’occupe le secteur bioalimentaire dans la création d’emplois au Québec. En effet, la transformation alimentaire, l’industrie serricole de même que les pêches et l’aquaculture figurent dans la stratégie de plein emploi dévoilée par la vice–première ministre.

« Le secteur bioalimentaire est largement mis à contribution dans la réalisation de la stratégie gouvernementale de plein emploi, compte tenu de son dynamisme, de son importance économique et de son potentiel reconnu de création d’emplois. C’est pourquoi plusieurs mesures annoncées concernent ce secteur », a déclaré le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, monsieur Maxime Arseneau.

Transformation alimentaire
Un montant de 11,5 millions de dollars par année permettra de financer la mise en oeuvre des mesures additionnelles prévues dans la Politique québécoise de transformation alimentaire. Adoptée par le gouvernement en juin 2002, cette politique a notamment pour but de favoriser l’augmentation de la valeur ajoutée et la création d’emplois.

Rappelons que plusieurs mesures ont déjà été mises en place dans le cadre de la Politique. La somme aujourd’hui annoncée marque la réalisation d’un des engagements du gouvernement à cet égard. Cette somme touchera le développement des marchés, le développement des produits de niche et du terroir, ainsi que l’investissement et l’innovation des entreprises de transformation alimentaire.

De plus, des mesures fiscales particulières destinées aux coopératives ont été annoncées dans le discours sur le budget afin de favoriser la réalisation de leurs projets d’investissement et de développement.

Précisons que la cible de création d’emplois visée par la Politique québécoise de transformation alimentaire est de 10 000 emplois d’ici 2005.

Industrie serricole
Une deuxième mesure annoncée dans le discours sur le budget prévoit un montant de 16 millions de dollars réparti sur les trois prochaines années. Ce montant permettra la mise en place d’un plan de soutien et de développement de l’industrie serricole. Ainsi, l’important potentiel de croissance de cette industrie sera mise en valeur; les perspectives d’expansion de l’industrie serricole sur les marchés sont florissantes, aussi bien auprès des consommateurs québécois que nord–américains.

Ce plan, qui mettra l’accent sur l’amélioration de la productivité des entreprises existantes et la construction de nouvelles serres, permettra la création de 700 emplois d’ici 2006.

Aquaculture et espèces sous–exploitées
Finalement, la ministre Marois a annoncé un montant annuel de 5 millions de dollars pour le secteur des pêches et de l’aquaculture commerciales. Ce montant permettra de maintenir pour les prochaines années le budget additionnel consacré au secteur des pêches depuis 1999. Plus spécifiquement, cette enveloppe budgétaire servira à consolider le développement durable de l’aquaculture et à valoriser le développement d’activités tirant profit des espèces sous–exploitées.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires