France : la récolte de vins sera « moyenne »

Paris (France), 17 juillet 2001 – La récolte française de vins devrait totaliser 59,070 millions d’hectolitres en 2001, soit un recul de 1% par rapport aux 59,741 millions produits l’an dernier, estime le ministère de l’Agriculture.

« Les premières prévisions concernant la première récolte du troisième millénaire annoncent une récolte moyenne, légèrement inférieure à celle de l’an dernier », commente-t-il dans sa note de conjoncture mensuelle réalisée à partir de données au 1er juillet.

Son service de statistiques (Scees) prévoit une récolte de vins d’appellation (VQPRD) de 26,404 millions d’hectolitres en 2001, en baisse de 1% par rapport aux 26,717 millions produits l’an dernier.

Ce niveau est toutefois supérieur de 3% à la moyenne des cinq dernières années (1996-2000), relève le ministère.

La récolte de vins de pays est prévue à 16,171 millions d’hectolitres, soit un niveau identique à celui de l’an dernier (16,185 millions), mais en hausse de 6% comparée à la moyenne quinquennale.

La récolte de vins aptes à la production de cognac devrait enregistrer une hausse de 6% en 2001 pour atteindre 8,426 millions d’hectolitres contre 7,919 millions récoltés en 2000.

Ce niveau reste cependant inférieur de 12% à la moyenne des cinq dernières années.

Le ministère juge les conditions climatiques de juin « relativement bonnes », l’état sanitaire des vignobles n’ayant posé aucun problème majeur. Toutefois, ajoute-t-il, les températures fraîches au début du mois ont provoqué parfois de la coulure.

En Champagne, la vendange s’annonce « généreuse, à condition qu’aucun accident climatique n’affecte ce potentiel », note-t-on.

En Alsace, malgré une floraison en retard par rapport à une année moyenne, les rendements devraient être « bons », exceptés pour les Gewurztraminer et les Muscat qui souffrent de coulure.

En Bourgogne et Beaujolais, la sortie des grappes est jugée « bonne, mais la récolte devrait être “moyenne” en termes de volume.

Dans le Val de Loire, les sorties de grappes « assez faible » ont été affectées par une pluviométrie excessive, suivie d’une sécheresse.

Dans les Charentes, les conditions climatiques de mai et juin, ensoleillement et chaleur, ont favorisé les vignobles, mais les sorties de grappes sont « inférieures » à celles d’une année normale. Mais ce handicap a été partiellement compensé par un nombre de grains important.

Dans le Sud-ouest, les vignobles, qui ont bénéficié de conditions climatiques favorables pour la floraison et la sortie de grappes, sont dans un bon état sanitaire.

Dans le Bordelais, la floraison a été à l’inverse suivie de coulure, ce qui laisse présager d’un rendement inférieur à celui de l’an dernier. Le volume de la récolte AOC devrait être équivalent à celui de l’an dernier.

Enfin, dans le Sud-Est (Languedoc-Roussillon, vallée du Rhône, Provence), les sorties de grappes sont « importantes », avec toutefois des problèmes de coulure sur le Grenache, observe le ministère.

Source : Reuters

Commentaires