Gel de fin de saison

Quoi faire avec le maïs endommagé par le gel dépend du stade de développement de la culture au moment de l’incident et de la possibilité de la récolter en ensilage ou en grain. Dans certaines situations, récolter la culture en ensilage peut être la meilleure option. Voici quelques conseils, gracieuseté de Dekalb.

Récolte en grain
Quand la culture est endommagée par le gel au stade pâteux, le rendement en grain sera réduit et le poids spécifique sera faible. Le grain devra sécher au champ plus longtemps (jusqu’à un taux d’humidité maximum de 35 %) avant d’être récolté.

La prolongation de la période de séchage peut entraîner une augmentation des pertes au champ. On observe davantage de tiges brisées dans le maïs endommagé par le gel avant la maturité que dans un champ parvenu à maturité lors de l’épisode de gel. Une longue période de séchage au champ favorise aussi le développement des moisissures d’épi.

Au battage, le grain est plus sujet à la cassure et le rafle humide risque d’éclater en petits morceaux. Régler la vitesse du cylindre de la moissonneuse-batteuse peut aider à réduire les impuretés provenant du maïs brisé et des matières étrangères.

On doit tenir compte des problèmes potentiels du séchage en silo considérant la grande variabilité de taux d’humidité du grain et l’augmentation de la quantité de dommages physiques et de rafles brisés, ce qui peut conduire à des problèmes de moisissures d’entreposage.

Le maïs endommagé par un gel meurtrier entre le début et le milieu du stade denté peut aussi donner une récolte moins abondante et un grain plus léger que la normale; de plus, il est possible qu’il doive sécher plus longtemps au champ. Dans cette situation, les précautions mentionnées précédemment pour le maïs au stade pâteux s’appliquent.

La perte de rendement peut être faible et le poids spécifique peut se rapprocher de celui du maïs normal si la culture avait atteint la fin du stade denté au moment du gel et que seule une partie des tissus végétaux avait été détruite. Le gel n’aura pas d’effet sur le rendement et la qualité du grain une fois que le maïs a atteint le stade du point noir, soit la maturité physiologique.

Récolte en ensilage

Si le gel survient au stade pâteux, le maïs est généralement trop humide pour être récolté en ensilage. Il devra être laissé au champ jusqu’à ce que le taux d’humidité de la plante entière atteigne au moins 70 à 75 %. Les recommandations de taux d’humidité de la plante entière à la récolte peuvent varier selon le type de structure d’entreposage de l’ensilage et doivent être respectées, afin d’éviter ou de réduire au minimum l’écoulement des jus, la détérioration de l’aliment et les problèmes de manutention.

Retarder la récolte du maïs endommagé par le gel peut jouer en faveur de la qualité de l’ensilage, mais risque aussi de nuire au rendement en matière sèche. En outre, après un gel, le maïs peut sembler plus sec qu’il ne l’est en réalité et la teneur en humidité de la plante entière doit être mesurée avant de récolter, si on veut éviter les problèmes d’entreposage. On doit chercher l’équilibre entre attendre que le maïs atteigne un taux d’humidité idéal pour la récolte en ensilage et récolter immédiatement pour éviter les pertes de rendement.

Si le gel survient au début du stade denté du maïs, il sera aussi nécessaire de laisser la culture sécher pendant quelque temps avant de l’ensiler. Au stade de la ligne de lait à moitié, la plante entière a atteint ou presque le taux d’humidité idéal pour l’ensilage. Le maïs endommagé par le gel à ce stade de son développement ou entre le milieu et la fin du stade denté devrait être récolté pour l’ensilage immédiatement, afin de réduire au minimum les pertes de rendement en matière sèche.

Commentaires