Iniquité du gouvernement fédéral dans la gestion des pêches

Québec (Québec), 24 mai 2001 – « Les récentes décisions du gouvernement fédéral dans le secteur des pêches consacrent l’effritement de la part historique du Québec en matière de ressources halieutiques, ce qui compromet le développement du secteur des pêches au Québec ». C’est en ces termes qu’a réagi le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Maxime Arseneau à l’annonce faite hier par le ministre fédéral des pêches concernant le partage des allocations de crevette du Nord.

L’accès du Québec à la crevette du Nord est ainsi réduit à moins de 12 % du contingent, alors que la part historique québécoise dans cette ressource est de l’ordre de 21 %. Le ministre fédéral refuse de plus de corriger l’impair commis l’an dernier en accordant un contingent à l’Île-du-Prince-Edouard, province n’ayant aucun historique dans cette pêche.

Cette décision s’ajoute à celles prises récemment par le gouvernement fédéral au sujet des allocations temporaires de crabe des neiges et de crevette du Golfe. Le ministre fédéral décidait alors de réduire de près de 30 % la part du Québec dans l’allocation temporaire de crabe des neiges du Golfe ce qui représente un manque à gagner de plus de 600 000 $ pour les entreprises de pêche québécoises. En ce qui a trait à la crevette du Golfe, notons que depuis quatre ans, des allocations temporaires de plus en plus importantes sont attribuées à des pêcheurs de l’Île-du-Prince-Edouard et de la Nouvelle-Écosse qui n’ont aucune tradition dans cette pêche.

« Il apparaît clairement que le ministre fédéral transgresse ses propres principes d’allocation, dont l’historique de pêche et la proximité de la ressource, et ce au détriment de l’industrie québécoise de la pêche qui voit sa part diminuer au profit de certaines provinces maritimes », a affirmé le ministre Arseneau.

Cette façon de faire est d’autant plus inquiétante que le gouvernement fédéral doit rendre sous peu d’autres décisions concernant la gestion des pêches, notamment en ce qui a trait au partage des allocations de flétan noir ainsi qu’aux modalités de gestion de la morue du Golfe. « La problématique de l’allocation de la ressource continuera de susciter des tensions et des conflits tant et aussi longtemps qu’un processus d’allocation de la ressource équitable, transparent et prévisible ne sera pas mis en place », a ajouté M. Arseneau.

Lors d’une récente rencontre, le ministre Arseneau a réitéré à son homologue fédéral les demandes traditionnelles du Québec liées au respect de ses parts historiques dans la répartition de la ressource. Le ministre fédéral des pêches est donc bien au fait des revendications du Québec en matière de répartition des allocations.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires