La Chine reverra ses pratiques restrictives à l’égard du porc et du boeuf canadien

Beijing (Chine), le 17 avril 2000 – Après plusieurs années de négociations, le Canada et la Chine ont signé un accord, aujourd’hui, qui ouvrira la porte à d’importantes exportations de porcs et de boeufs canadiens en Chine.







L’accord reconnaît l’acceptation, par la Chine, des données de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) reliées au syndrome dysgénésique respiratoire porcin (SDRP) et à la gastro-entérite transmissible du porc (GET).


Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief, a signé le protocole Canada-Chine concernant le porc, avec M. Li Changjiang, gestionnaire en chef de l’Administration chinoise pour l’inspection à l’entrée et à la sortie et la quarantaine (CIQ-SA), qualifiant l’accord d’historique et d’important pour les deux pays.

« Cet accord est un exemple significatif de l’esprit de collaboration et de respect mutuel qui règne entre le Canada et la Chine, a déclaré M. Vanclief. Il permettra aux producteurs de porcs et de bovins canadiens d’accéder au vaste marché chinois et mettra en valeur les produits de porcs et de boeufs de première qualité que le Canada a à offrir aux consommateurs chinois. »

L’accord reconnaît l’acceptation, par la Chine, des données de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) reliées au syndrome dysgénésique respiratoire porcin (SDRP) et à la gastro-entérite transmissible du porc (GET). Dans le passé, les exportations de porcs et de boeufs canadiens étaient effectivement interdites en Chine en raison de ces deux exigences sanitaires du pays.

Parmi les sujets discutés lors des négociations, il a été notamment question de l’inspection, plus tôt cette année, d’un bon nombre d’établissements canadiens de traitement des viandes par la CIQ-SA. À la suite des inspections, et en vertu du nouvel accord, un système d’approbation a été établi entre le Canada et la Chine à l’égard des exportations de viandes.

« Je félicite le personnel de l’ACIA et ses homologues chinois pour cet accord qui ouvre la voie à un accès grandement amélioré pour le porc et le boeuf canadien en Chine, a déclaré M. Vanclief. Je m’attends à ce que les producteurs et les transformateurs canadiens commencent à profiter de ce nouvel accord dans un avenir très rapproché », a-t-il conclu.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)

http://www.cfia-acia.agr.ca/

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires