La conjoncture actuelle est une occasion de considérer d’autres sources d’énergie

Regina (Saskatchewan), 19 janvier 2009 – Un nouveau rapport de Financement agricole Canada (FAC) suggère qu’il est temps pour les personnes qui travaillent dans le secteur agricole canadien d’examiner leurs besoins énergétiques et d’envisager d’autres sources pour l’avenir.

La publication À la fine pointe de FAC révèle que, malgré les baisses récentes des cours du pétrole (de 147 $US le baril en juillet 2008 à moins de 40 $US le baril à la fin de 2008), des coûts de l’énergie plus élevés sont prévus à long terme.

« À l’échelle planétaire, les sources d’énergie peu coûteuse, sécuritaire et facile à récupérer se font de plus en plus rares », affirme Brenda Frank, directrice supérieure, Stratégie et perspectives d’affaires, à FAC. « De nombreux experts sont d’avis que la production pétrolière a atteint un pic ou est sur le point de l’atteindre. Ces facteurs suggèrent le retour d’une hausse des prix de l’énergie. »

Mme Frank affirme que les prix de l’essence et du pétrole en vigueur fournissent aux agriculteurs et aux agroentrepreneurs l’occasion de réévaluer leurs pratiques actuelles en matière d’énergie et de planifier la façon dont ils géreront leurs besoins énergétiques dans l’avenir.

« Ce répit temporaire des coûts énergétiques élevés fournit aux producteurs et aux exploitations agricoles l’occasion d’élaborer un plan de transition qui contribuera à leur réussite dans le contexte énergétique futur », explique Mme Frank. « Nous croyons que l’industrie agricole canadienne est en bonne position pour tirer profit de sources et de mesure de conservation d’énergies nouvelles et de remplacement. Vous en trouverez plusieurs exemples dans notre rapport. »

À la fine pointe offre un aperçu de l’énergie selon la perspective de l’industrie agricole canadienne et souligne les tendances à court et à long termes qui auront un impact sur le prix, l’offre et la demande de pétrole. Elle traite de sujets comme l’approvisionnement en énergie à l’échelle mondiale, la croissance de la demande – surtout dans les économies naissantes-, l’exploration de l’énergie, la construction de raffineries, les conditions météorologiques, la spéculation, les contrats à terme et les quotas établis par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole.

Selon Mme Frank, l’agriculture occupe une position unique pour influer sur un avenir énergétique durable.

« Que ce soit en cultivant des plantes pour la production de biocarburants, en utilisant les terres rurales pour des installations éoliennes ou solaires ou simplement en ayant facilement accès à des déchets pour la production de biogaz, les producteurs et les entreprises industrielles comprennent ce que signifie la conversion d’énergie à partir de biomasse », ajoute-t-elle.

De plus, la publication semestrielle À la fine pointe de FAC offre des conseils et des outils pratiques qui aideront les producteurs à élaborer des plans à long terme qui tiennent compte du contexte de notre avenir énergétique. Pour télécharger une copie de la publication, accédez à www.fac-fcc.ca et sélectionnez À la fine pointe dans le menu découlant « Centre de formation ».

FAC est le plus important fournisseur de solutions financières et commerciales aux agriculteurs et aux agroentrepreneurs canadiens. Passionnés de l’agriculture, les membres de son personnel assurent le service à la clientèle à partir de cent bureaux situés principalement dans les régions rurales du Canada. FAC a un portefeuille de première qualité d’une valeur de plus de 15 milliards de dollars et vient de connaître une quinzième année consécutive de croissance de son portefeuille, ce qui témoigne de la réussite de sa clientèle.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Financement agricole Canada (FAC)
http://www.fac-fcc.ca/

Commentaires