La FCA voit d’un bon oeil les pourparlers commerciaux entre le Canada et le Maroc

Ottawa (Ontario), 20 avril 2009 – La Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) s’est réjouie à l’idée d’un partenariat commercial plus fort et d’un accord de libre-échange entre le Canada et le Royaume du Maroc.

Le ministre de l’Agriculture, Gerry Ritz, a rencontré les ministres marocains de l’agriculture et du commerce au Maroc pour discuter des possibilités de négocier un accord de libre-échange. Les producteurs de grains et de légumineuses à grains membres de la FCA sont favorables à un accord de libre-échange entre les deux pays.

« Nos producteurs de grains et de légumineuses à grains, ainsi que la Commission canadienne du blé (CCB), souhaitent établir une telle entente depuis maintenant plusieurs années », affirme Laurent Pellerin, le président de la FCA.

On doit absolument amorcer des pourparlers de libre-échange avec le Maroc si l’on veut protéger les exportations de blé dur des Prairies, dont la valeur atteint les centaines de millions de dollars par année. L’année dernière, les relations commerciales entre le Canada et le Maroc se chiffraient à 450 millions de dollars, dont la grande majorité correspondait à des produits agricoles. En 2008, la CCB a vendu un quasi-record de 622 000 tonnes de blé au Maroc, lesquelles représentaient environ 300 millions de dollars pour les producteurs des Prairies.

« La possibilité de pourparlers commerciaux est d’une grande importance pour nos membres canadiens de l’Ouest, puisque la CCB fournit plus de 90 % de la demande en importation de blé dur du pays, ce qui en fait le plus grand exportateur mondial de blé dur au Maroc », affirme M. Pellerin. « Les relations commerciales entre ces deux pays sont d’une importante cruciale et nous appuyons la tenue de pourparlers commerciaux en vue d’un accord de libre-échange ».

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission canadienne du blé
http://www.cwb.ca/

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires