La Financière agricole du Québec modifie ses programmes

Québec (Québec), 27 juin 2002 – La Financière agricole du Québec vient d’apporter des modifications importantes à ses programmes de financement agricole. Les améliorations qui en découlent prendront effet sur les prêts consentis après le 15 juillet 2002.

Selon M. André Dicaire, président-directeur général de La Financière
agricole « ces changements s’inscrivent dans la vision d’affaires de
l’organisation qui est de soutenir, par des actions concrètes, le

développement régional. Ces mesures vont permettre aux entreprises agricoles,
en particulier aux fermes de plus petite dimension et à celles oeuvrant dans
les productions en émergence partout au Québec, de bénéficier de conditions de
financement plus souples et moins onéreuses ».

Réduction du taux d’intérêt des prêts

La principale amélioration a trait à une réduction du taux d’intérêt des
prêts agricoles. Ainsi, des réductions de 0,30 % à 0,60 % seront appliquées en
fonction des termes de ces prêts. Ainsi, selon les termes d’un prêt moyen,
soit 200 000 $, le gain net pour le client s’échelonnera entre 2 600 $ et
5 800 $, et ce, en tenant compte d’une nouvelle tarification. Un mécanisme de
sauvegarde viendra préserver l’écart entre les coûts des prêts et de nouveaux

taux d’intérêt. Des escomptes, jusqu’alors réservés à certaines catégories
d’emprunteurs, seront désormais accessibles à l’ensemble des entreprises
agricoles du Québec.

Une gamme élargie de produits financiers

Par ailleurs, d’autres changements viennent bonifier la gamme de produits
financiers de La Financière agricole. Ainsi, le terme de sept ans est
maintenant offert sur les prêts à taux fixe. Aussi, le taux variable, jusqu’à
maintenant offert pendant la période du déboursement du prêt, sera disponible
au-delà de la période de déboursé. Le taux d’intérêt maximal applicable sera
ajusté au taux préférentiel. Enfin, les mécanismes de protection contre les
hausses de taux d’intérêt s’appliqueront au taux variable, et ce, au bénéfice
de l’emprunteur.

Nouvelle tarification et allègement administratifs

Ces modifications aux programmes de financement agricole seront
complétées par une nouvelle politique de tarification et par des allègements
administratifs. Ainsi, une nouvelle tarification a été établie par La
Financière agricole pour le traitement des dossiers de financement. Désormais,
les frais s’établiront à 0,75 % du montant approuvé, pour un minimum de 500 $
et un maximum de 5 000 $. Les prêts à l’établissement se verront appliquer la
tarification minimum, soit 500 $, et ce, indépendamment du montant du prêt.
Les revenus de tarification perçus seront conservés par La Financière agricole
au bénéfice des entreprises agricoles.

De plus, un processus de simplification de l’administration des prêts
garantis par La Financière agricole est amorcé. L’ensemble des propositions a
fait l’objet de discussions avec des représentants des institutions
financières dans l’objectif d’accroître l’accès au financement et en minimiser
le coût afin de favoriser la compétitivité et le développement du secteur
agricole québécois.

Un bénéficie net pour la clientèle

Le président du conseil d’administration de La Financière agricole et
également président général de l’Union des producteurs agricoles, M. Laurent
Pellerin, souligne que « ces améliorations s’inscrivent dans une approche
bénéficiant d’abord à la clientèle. Elles permettront aux entreprises
agricoles, en particulier celles de faible dimension, de bénéficier d’un
meilleur accès au financement, d’une diminution du coût global de leurs prêts
ainsi que d’une gamme élargie de produits en matière de financement agricole,
rendant par le fait même les fermes québécoises plus compétitives ».

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Financière agricole du Québec

http://www.financiereagricole.qc.ca

Commentaires