La formation représente maintanant un atout majeur

Saint-Georges, le 12 avril 2000 – Dans le but de répondre à la nouvelle réalité du marché de l’emploi en agriculture, un brunch-conférence s’est tenu le 29 mars dernier à Sainte-Marie et auquel ont participé une soixantaine de gestionnaires d’entreprises agricoles et d’intervenants en agriculture. Cet événement voulait d’abord informer les participants sur le manque de main-d’œuvre qualifiée en agriculture, en plus de leur offrir des pistes de solutions propres à leur secteur d’activité.







Pour un employé, une qualité de vie n’est pas alléchante qu’à l’âge de la retraite.


En effet, une excellente formation et des conditions de travail intéressantes sont devenues indispensables pour toute entreprise agricole qui vise la qualité. Afin d’éviter un exode de la main-d’œuvre vers des régions devenues plus attrayantes par les conditions qu’elles offrent, la Beauce doit s’engager dans un processus de revitalisation de ses références en matière de main-d’œuvre et c’est aussi vrai pour le secteur agricole. Pour un employé, une qualité de vie n’est pas alléchante qu’à l’âge de la retraite. Elle est devenue une condition de travail à laquelle s’ajoutent d’autres besoins primaires dont des vêtements adéquats, des heures convenables, des conditions sécuritaires dans l’exercice des tâches, un respect mutuel employeur/employé, etc.

D’ailleurs, par l’entremise de son Centre d’emploi agricole, l’UPA de la Beauce s’engage à offrir aux employeurs agricoles l’information et le support technique pertinents pour l’embauche de main-d’œuvre, une aide adéquate pour la réorganisation des horaires de travail, ainsi que les conditions salariales. L’agriculture est un secteur d’effervescence et de changement. L’amélioration de sa vitalité et l’adaptation aux nouvelles tendances de l’économie représentent donc des outils essentiels pour l’épanouissement du milieu rural. L’Union des producteurs agricoles de la Beauce est consciente de l’importance que représente cette problématique et considère que des conditions de travail adéquates et la formation d’une main-d’œuvre qualifiée sur le territoire sont des priorités auxquelles tous les intervenants du secteur agricole doivent maintenant s’attarder.

Pour Mme Johanne Gagnon, responsable du Centre d’emploi agricole à l’UPA, l’atout majeur pour attirer la main-d’œuvre en agriculture est le travail lui-même. En effet, le travail sur la ferme est diversifié et fait appel à la débrouillardise et à l’initiative de l’employé. Il demande des compétences, une autonomie et un sens inné des responsabilités. Pour la personne qui désire participer d’une façon constructive à l’économie de la région, le travail agricole représente un merveilleux défi à relever. L’un des obstacles qu’elle doit par contre surmonter est celui de sa formation, car employeurs et employés doivent maintenant travailler de concert afin que notre secteur d’activité devienne performant, de la production jusqu’à la consommation.

Enfin, la mise sur pied du Comité formation=emploi, la tenue du Carrefour agricole, la constatation d’une problématique qui consiste en l’augmentation des postes de travail et à la difficulté à les combler sont des efforts et des préoccupations réels. D’après un sondage réalisé récemment, on constate que 86% des employeurs consultés reconnaissent qu’il y a un manque de main-d’œuvre en agriculture.

Le Centre d’emploi agricole à l’UPA de la Beauce est devenu indispensable, tant par la pertinence du travail réalisé que par la qualité de ses services et de ses interventions auprès des employeurs et des employés. Rappelons que plus de 300 gestionnaires d’entreprises agricoles utilisent les services du Centre d’emploi agricole. C’est grâce à la concertation du milieu qu’il suscite que s’élaborent des projets vivants qui sont le reflet de la vie agricole en Beauce. D’ailleurs, pour Mme Gagnon, du Centre d’emploi agricole, « les productions agricoles sont la base de l’économie de la Beauce. En plus de jouer un rôle majeur auprès de la population du territoire, elles sont aussi une source d’accomplissement et de fierté ».

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires