La peste aviaire en Asie de l’Est préoccupe la FAO

Washington (États-Unis), 15 janvier 2004 – La FAO s’est déclarée très préoccupée par la peste aviaire qui se répand en Asie de l’Est.

« La maladie prend une dimension régionale, la Corée du Sud, le Vietnam et le Japon ayant été touchés en très peu de temps », selon la FAO.

Des enquêtes doivent permettre d’identifier d’éventuels liens entre les foyers signalés dans ces pays. A partir de là, il sera possible de déterminer les causes épidémiologiques et de fournir des explications.

Le Vietnam a identifié un foyer de grippe aviaire hautement pathogène H5N1 dans le sud du pays la semaine dernière. L’Office International des Epizooties (OIE) à Paris, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la FAO ont été immédiatement alertés.

Des mesures appropriées ont été rapidement prises par le Vietnam. Des centaines de milliers de poulets ont été abattus. Désinfection, quarantaine, surveillance des mouvements d’animaux et enquêtes figurent parmi ces mesures.

Nouveaux foyers
Malgré ces mesures, la situation reste préoccupante au Vietnam où de nouveaux foyers pourraient se déclarer, selon la FAO. En outre des cas de peste aviaire ont été signalés chez les humains.

La peste aviaire est une maladie grave qui frappe les ovins, notamment les poulets et les canards. Elle se manifeste avec de plus en plus de fréquence à travers le monde (à Hong Kong en 1997/98, aux Pays-Bas et en Corée du Sud en 2003).

Le réservoir du virus est le cycle de vie de l’animal. A cet égard, il n’existe aucune méthode de contrôle fiable. La maladie provoque des pertes économiques considérables : forte mortalité animale, abattage massif et mesures de surveillance appropriées. Ces pertes affectent les moyens d’existence de plusieurs milliers de paysans et d’éleveurs de poulets.

La peste aviaire et les humains
La peste aviaire touche rarement les humains. Pour la contracter, il faut qu’il y ait un contact direct entre l’homme et l’animal. Lors de l’épizootie de Hong Kong en 1997, 6 personnes avaient péri sur les 18 qui avaient été infectées, Aux Pays-Bas, en 2003, sur 83 cas déclarés il y avait eu un mort.

Au Vietnam, jusqu’ici, les autorités ont déclaré 14 cas d’affection respiratoire aiguë à Hanoï, et 11 personnes sont décédées. Sur les 14 affections, trois étaient des cas confirmés de peste aviaire.

Rien ne laisse penser jusqu’ici que la peste aviaire peut être transmise d’un humain à un autre, mais il s’agit là d’une question qu’il reste à élucider. Si le nombre de personnes infectées augmente, la probabilité augmente aussi de se retrouver avec une nouvelle variété de virus combinant grippe humaine et peste avaire.

Priorité à la prévention
Pour éliminer la maladie, tous les animaux atteints doivent être abattus. Et, comme mentionné ci-dessus, des mesures de désinfection, de quarantaine et de contrôle des mouvements des animaux doivent être appliquées.

Les ouvriers agricoles travaillant dans les fermes et ceux qui participent aux programmes d’éradication doivent porter des salopettes, des bottes et des gants de protection pour éviter tout contact direct avec les animaux.

Un expert de la FAO se rend au Vietnam à la demande du gouvernement pour se joindre à l’équipe d’experts OMS/FAO/OIE chargée de mettre en oeuvre des mesures appropriées.

A long terme, la prévention est indispensable. Elle inclut des mesures de surveillance vétérinaire et de contrôle sanitaire ainsi qu’un système de surveillance et de riposte rapide.d’urgence et de la réhabilitation.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)
http://www.fao.org

Commentaires