La régionalisation ne constitue pas une mesure appropriée selon la FCA

Ottawa (Ontario), 30 mai 2003 – La Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) n’appuie pas la régionalisation en tant que stratégie en réponse au problème de l’encéphalopathie bovine spongiforme (EBS) et comme mesure devant inciter les autres pays à permettre l’importation du boeuf canadien.

« Le Canada a l’un des systèmes de salubrité des aliments les plus sûrs et les plus rigoureux au monde », a affirmé Bob Friesen, le président de la FCA. « La position de la FCA et de ses 21 membres provinciaux et groupements de producteurs est que le boeuf canadien est sans danger, quelle que soit la province d’où il est originaire ».

La FCA répond à des observations faites par la ministre de l’Agriculture de l’Ontario, Mme Helen Johns, qui a suggéré l’adoption dans l’est du Canada d’une interdiction d’importation du boeuf et des produits du boeuf de l’ouest du Canada afin d’accélérer la levée de l’interdiction d’importation décrétée aux États Unis.

« Les membres de la FCA n’appuient pas la notion de diviser le Canada en zones pour essayer de contenir l’EBS », a déclaré M. Friesen. « L’isolement de régions précises peut constituer une mesure appropriée en réponse à une maladie animale plus contagieuse, mais dans ce cas ci, il ne s’agit certainement pas d’une mesure appropriée. »

Alors que toute l’industrie continue d’éprouver les graves effets économiques causés par cette interdiction, la FCA insiste vivement pour que le gouvernement canadien continue d’agir avec diligence et rapidité pour fournir les preuves scientifiques nécessaires afin que les États Unis et d’autres pays lèvent l’interdiction le plus rapidement possible.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et des affaires rurales de l’Ontario
http://www.gov.on.ca/OMAFRA/french/

Commentaires