La Table filière porcine du Québec : dix ans de concertation

Québec (Québec), 27 mars 2001 – Le secteur agroalimentaire porcin québécois constitue depuis longtemps un secteur clé pour l’économie du Québec. C’est en 1990 qu’une vingtaine de personnes impliquées dans divers maillons de ce secteur, se réunissaient pour discuter des différentes problématiques communes et adopter des solutions concertées. La Table filière porcine du Québec venait de naître. Dix ans plus tard, grâce à l’implication de ses membres, cette première table de concertation connaît un vif succès et continue de contribuer au développement du secteur.

Par ailleurs, la Table filière s’est également donnée une nouvelle mission : elle s’est engagée à assurer la pérennité et la notoriété du secteur agroalimentaire porcin sur les marchés, en favorisant le travail en synergie entre les divers maillons du secteur, dans le but commun de répondre aux exigences des consommateurs et de la société en matière de sécurité alimentaire, d’environnement, de qualité du produit, de conditions d’élevage et de retombées économiques.

Des réalisations concrètes

A ce jour, plusieurs actions concrètes ont pris naissance des plans stratégiques de 1992 et 1996. Parmi les premières réalisations, notons la création de Canada Porc International dont les activités promotionnelles ont permis l’accès à de nouveaux marchés. En 1996, la question environnementale est apparue comme étant la préoccupation numéro un des intervenants de la Filière. Ceux-ci se sont donc engagés à développer la production dans le respect de l’environnement en conciliant les impératifs économiques et sociaux. Enfin, la filière a réalisé de nombreux projets visants notamment à promouvoir le développement et l’utilisation de technologies de pointe, afin d’améliorer la qualité de la viande, ainsi que l’efficacité et la rentabilité du secteur porcin québécois.

L’an 2000 – période de réflexion
Tel que mentionné par le président de la Table filière porcine du Québec, monsieur Réal Gauthier, “le secteur porcin doit être constamment à l’écoute des exigences de la société, que ce soit en matière de qualité du produit, de saine gestion environnementale ou de conditions d’élevages respectueuses du bien-être animal. Les membres de la Table filière en sont conscients et désirent se donner les outils susceptibles de les aider à relever ces défis. Un troisième plan stratégique, élaboré à l’aide du bilan du plan précédent et des constats obtenus grâce à un diagnostic de l’industrie, leur est apparu comme étant un de ces outils”.

Les membres de cette Table filière continueront donc à travailler ensemble et à unir leurs efforts, afin que leur secteur demeure à l’avant-garde des grandes tendances mondiales.

Commentaires