L’agriculture, les transports et le secteur primaire sont les plus vulnérables au prix de l’essence

Ottawa (Ontario), 22 septembre 2005 – La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a présenté au Comité de la Chambre des communes sur l’industrie les résultats de son tout dernier sondage qui indiquent que la récente flambée des prix de l’essence mine la rentabilité de jusqu’à 83 % des petites et moyennes entreprises (PME) canadiennes, avec une entreprise sur cinq affichant des pertes.

« Les propriétaires de PME se trouvent dans de beaux draps, devant faireaffaire dans des marchés très concurrentiels où ils ne peuvent pas repasseraux consommateurs le coût croissant des intrants. Ces coûts accrus, combinés àd’autres pressions, réduisent leur bénéfice net, les obligeant à revoir leursplans de maintien ou d’augmentation du niveau d’emploi ou à annuler l’achatd’équipement clé pour l’amélioration de leur entreprise », déclare André Piché,directeur des Affaires nationales de la FCEI.

La croissance économique et la création d’emplois au Canada sont engrande partie attribuables au rendement du secteur de la PME, dont laflexibilité et la diversité ont permis à l’économie canadienne de relever denombreux défis et de traverser de nombreuses crises ces dernières années. M. Piché soutient que la rapide augmentation des coûts de l’énergie cause pourles PME de sérieux problèmes qui auront un effet de vague sur l’ensemble del’économie canadienne.

« En juin dernier, 78 % de nos membres ont indiqué que l’augmentation descoûts de l’énergie a d’importantes répercussions sur leurs affaires. En raisonde la montée record des prix de l’essence suite au passage de l’ouraganKatrina, nous pensions qu’il était important d’interroger nos membres afin debien comprendre son impact. Des entrepreneurs nous ont dit qu’ils se sentaientvulnérables et qu’ils souhaitaient que le gouvernement prenne des mesures afinde contrôler l’augmentation des coûts de l’énergie. Trois quarts de nosmembres ont estimé que les prix de l’essence devraient être réduits », conclutM. Piché.

La FCEI recommande au gouvernement de prendre les mesures suivantes pouratténuer les conséquences de la flambée des prix de l’essence :
1. Adopter un nouveau plan quinquennal de réduction de la dette et du fardeau fiscal.
2. Réduire les taxes sur l’essence au Canada afin d’assurer que notre économie demeure concurrentielle.
3. Eliminer la mesure adoptée dans le cadre du budget de 1995 prévoyant l’augmentation de la taxe d’accise sur l’essence de 1,5 cent le litre.
4. Supprimer l’imposition des taxes sur des taxes.
5. Assurer que le Bureau de la concurrence surveille étroitement l’industrie afin de déterminer si les prix sont fixés par des profiteurs.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération canadienne de l?entreprise indépendante (FCEI)
http://www.fcei.ca/

Commentaires