L’ALENA sur la table

Depuis l’arrivée du président Trump, l’accord de libre-échange entre les trois pays de l’Amérique du Nord a été malmené, étant cité comme une entente « mauvaise » pour les États-Unis. Depuis lundi, les représentants du secteur agricole de chacun des pays membres se rencontrent pour discuter de façon ouverte des sujets litigieux. Cette discussion est vue comme un prélude à une renégociation de l’Alena qui devrait débuter à la fin de l’été.

C’est le secrétaire américain à l’Agriculture, Sonny Perdue, qui a reçu ses collègues à Savannah en Géorgie, soit le ministre canadien de l’agriculture, Lawrence MacAulay et le secrétaire mexicain à l’agriculture, Jose Calzada. Le système de la gestion de l’offre canadien et les exportations de sucre du Mexique vers les États-Unis figurent parmi les sujets qui ont été abordés.

Sonny Perdue a indiqué que le Canada avait créé « une surabondance sur le marché » à la suite de changements faits sur les catégories de lait pouvant être importées au pays. « Si vous disposez d’un système de gestion de l’offre, l’offre doit être gérée », a mentionné M.Perdue. Le secrétaire américain a aussi pointé du doigt les modifications apportées au système de classification du blé, ainsi qu’une politique de la Colombie-Britannique limitant l’accès en épicerie aux vins locaux.

Le ministre MacAulay a pour sa part déclaré dans un communiqué qu’il s’engageait à travailler sur les moyens selon lesquels «le commerce de l’agriculture pourrait continuer à croître entre nos trois pays».

Le principal argument aux renégociations repose sur les changements qui se sont produits depuis la signature de l’entente en 1990. Cette dernière a fait tripler les échanges entre le Canada et les États-Unis.

Le secteur agricole américain a été un des bénéficiaires de cette plus grande intégration des trois économies. Le Canada et le Mexique sont les deuxième et troisième partenaires en importance pour les produits agricoles américains. Les échanges ont totalisé 91,6G$ en 2016. Le Mexique est le plus important acheteur de maïs et de produits laitiers américains alors que les États-Unis arrivent au premier rang des acheteurs de porc et de bœuf  canadien. Les États-Unis achètent aussi les deux-tiers de l’huile de canola fabriqué au Canada.

 

Source: Blomberg, Statistique Canada

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires