L’amélioration des données sur les effluents d’élevages

Québec (Québec), 11 octobre 2002 – Le ministère de l’Environnement (MENV) et le ministère de l’Agriculture des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) joignent leurs efforts dans la poursuite d’un projet d’envergure provinciale portant sur une approche intégrée « d’acquisition de connaissances et de caractérisation à la ferme des charges fertilisantes réelles des effluents d’élevages ». Ces deux ministères ont confié le mandat au CRAAQ de mener à bien la phase II dudit projet. L’approche de concertation du CRAAQ, regroupant l’ensemble des partenaires et organismes du milieu, en fait un intervenant crédible, ce qui assure et permet la cohérence dans les objectifs poursuivis.

Ce projet global a pour objet la mise à jour des données de référence en matière d’effluents d’élevages et l’intégration de ces valeurs nécessaires à l’application du Règlement sur la réduction de la pollution d’origine agricole (RRPOA). C’est ce règlement qui oblige la majorité des entreprises agricoles à intégrer la gestion des engrais de ferme à l’intérieur d’un plan agroenvironnemental de fertilisation (PAEF). Avec l’entrée en vigueur du nouveau Règlement sur les exploitations agricoles (REA) le 16 juin 2002, une majorité d’exploitations agricoles doivent produire pour juin 2003, en plus du PAEF, un bilan phosphore qui se veut un diagnostic de l’entreprise sur la gestion des effluents d’élevages. Parmi les outils à la base du PAEF et du bilan phosphore se trouvent des données de référence et un protocole d’échantillonnage.

Les données de référence actuelles sont, dans la majorité des cas, désuètes. En effet, les professionnels qui accompagnent les entreprises reconnaissent que, pour plusieurs productions, les données couramment utilisées pour déterminer le volume et la charge fertilisante, ne concordent plus avec la réalité des nouvelles régies d’élevage. Ainsi, à même le projet de caractérisation à la ferme des charges fertilisantes réelles des effluents d’élevages, le CRAAQ a accepté dans cette même phase II d’émettre des recommandations spécifiques quant à une période transitoire, c’est-à-dire en attendant l’arrivée de la mise à jour des données de référence.

Objectifs du projet à long terme :

  • Améliorer les actions suivantes : la gestion agronomique à la ferme des déjections animales (PAEF, bilan phosphore); la gestion collective des déjections animales; la connaissance de l’évolution des régies d’élevage; la compréhension des impacts de ces régies et de la gestion des déjections animales sur l’environnement;
  • Mettre à jour les données actuelles des charges fertilisantes des effluents des différents élevages;
  • Permettre de mieux appuyer et soutenir les prochaines décisions en matière de gestion des effluents d’élevages dans une perspective de développement durable de l’agriculture.

    Échéancier :

    Phase I (décembre 2001-juillet 2002) : premier mandat du MENV au CRAAQ en décembre 2001 qui consistait à effectuer une étude de préfaisabilité concernant la caractérisation des effluents d’élevages au Québec. Les productions ciblées dans cette étude, les mêmes que celles incluses à la phase II, couvraient les productions porcine, bovine, ovine, laitière, volaille (poulet et dindon) et oeufs de consommation.

    Phase II (octobre 2002 – décembre 2002) : vise à confirmer la démarche (standardisation des protocoles et des budgets), à confirmer le plan de mise en œuvre de ce projet de caractérisation des effluents d’élevages (concentration et volume) et à émettre des recommandations relativement à la période transitoire (en lien avec le REA). Cette phase prévoit aussi le montage financier pour le reste du projet (Phase III et IV).

    Phase III (janvier 2003 -… ) : vise la mise en œuvre de l’exercice de caractérisation du projet, soit la réalisation et le suivi des activités de caractérisation des effluents d’élevages à la ferme.

    Phase IV (… – 2005) : représente la mise en place d’un système de référence sur les volumes produits et les charges réelles fertilisantes des effluents d’élevages.

    Il s’agit d’un projet d’une durée de 3 ans et devrait se terminer en 2005.
    Dans l’attente de protocoles standardisés et de valeurs de référence, le CRAAQ, par le biais du comité de coordination et des comités techniques (aviseurs) dudit projet, verra à l’élaboration de recommandations à l’attention du MENV et du MAPAQ. Ces recommandations devront couvrir, pour la période transitoire, la méthode d’échantillonnage (protocole) ainsi que les valeurs de référence à considérer, reliées aux charges fertilisantes et aux volumes des principales productions animales.

    Les données de référence mises à jour (en 2005) représentatives des derniers modes de régie, mettront en lumière des points de repère quant à l’efficacité des facteurs de régie d’élevage. Les entreprises s’éloignant de ces données connaîtront ainsi la teneur de ces écarts et pourront mettre en place des modes de régie appropriés tout en faisant valoir leur propre performance en lien avec les charges fertilisantes des effluents.

    Pour amorcer les travaux de concertation en décembre 2001 et réaliser pleinement son mandat, le CRAAQ, de concert avec le MENV et le MAPAQ, a mis en place un comité de coordination du projet, maintenu dans le cadre de la poursuite des travaux en phase II. Ce comité est composé de représentants des ministères de l’Environnement (MENV) et de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), de l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA), de l’Union des producteurs agricoles (UPA), de l’Ordre des agronomes (OAQ) et du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ). La tâche du comité est de s’assurer de la valeur scientifique des résultats du projet, d’orienter les travaux des comités techniques(aviseurs), spécialisés par type d’élevage, et d’émettre les principes directeurs par lesquels le CRAAQ base la gestion du projet. Les comités techniques sont formés selon la même représentativité. L’objectif de la composition des comités est de favoriser la concertation des experts, d’assurer la cohérence et la cohésion du milieu. Les personnes participantes au sein des comités techniques proviennent essentiellement des fédérations spécialisées de l’UPA, du MAPAQ, du MENV, du secteur de la recherche (IRDA ou université) et des différents comités spécialisés du CRAAQ qui regroupent des experts, agronomes et intervenants du milieu.

    Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

    Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ)

    http://www.regroupement.qc.ca/

    Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA)

    http://www.irda.qc.ca/

    Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

    http://www.agr.gouv.qc.ca/

    Ministère de l’Environnement du Québec

    http://www.menv.gouv.qc.ca

    Ordre des agronomes du Québec

    http://www.oaq.qc.ca/

    Union des producteurs agricoles (UPA)

    http://www.upa.qc.ca/

    Commentaires