Le b.a.-ba de la gestion du ph du sol

Le pH est une mesure de l’acidité active du sol. Il conditionne la plupart des processus chimiques et biologiques du sol et, indirectement, les propriétés physiques qui en dépendent. La disponibilité des éléments nutritifs varie avec le pH au point d’exposer potentiellement les plantes cultivées à des carences ou à de la phytotoxicité, affectant ainsi les rendements. Le pH influence aussi l’activité des microorganismes du sol qui minéralisent la matière organique et celle de plusieurs organismes pathogènes des plantes cultivées. On peut ainsi corriger le pH du sol pour limiter le développement de certaines maladies, comme la gale de la pomme de terre et la hernie des crucifères. La disponibilité des éléments nutritifs est maximale dans un intervalle de pH entre 6,0 et 7,0 pour la plupart des cultures en sol minéral.

En sol organique, l’intervalle recherché se situe plutôt entre 5,0 et 5,8. Un pH trop acide se corrige généralement par le chaulage du sol. Le but du chaulage est de maintenir le sol dans un intervalle de pH favorable à la croissance des cultures.

La pierre à chaux agricole naturelle

La chaux agricole naturelle est produite dans une quinzaine de carrières au Québec. La pierre est extraite et broyée finement afin d’en augmenter l’efficacité. Ces produits contiennent surtout du carbonate de calcium (CaCO3), d’où leur désignation « calcaire ». Cependant, la chaux peut également contenir des quantités importantes de magnésium. La couleur de la pierre à chaux varie de blanche, à crème, à grisâtre, à brunâtre ou même à rougeâtre.

La norme du bureau de normalisation du Québec (BNQ) définit trois catégories de chaux agricole naturelle selon leur teneur en magnésium :

  1. La chaux calcique qui provient de dépôts composés en forte proportion de carbonate de calcium contient de 0 % à 4,9 % de carbonate de magnésium.
  2. La chaux magnésienne qui provient de dépôts contenant des proportions diverses de carbonates de calcium et de magnésium avec un contenu en variant de 5 % à 19,9 %.
  3. La chaux dolomitique contient 20 % ou plus de MgCo3.

Lorsque la teneur en magnésium assimilable est basse dans le sol, la plupart des cultures peuvent bénéficier d’un apport en cet élément. Si le sol nécessite un chaulage, la chaux dolomitique ou magnésienne représente une des sources les plus abordables de magnésium.

La norme du BNQ établit aussi deux types de chaux selon la finesse de la mouture : la pierre à chaux traditionnelle et la pierre à chaux fine.

La norme prévoit en outre l’obligation d’indiquer les principales caractéristiques de la chaux sur le bon de livraison ou sur le sac lorsque la chaux est ensachée. Le marquage porte, entre autres, sur le type et la catégorie de produit, la teneur en eau maximale garantie, le pouvoir neutralisant minimal garanti, l’efficacité minimale, l’IVA minimal garanti et le pourcentage minimal garanti en Ca, Mg, CaCO3 et MgCO3. Le mot « garanti » indique la valeur minimale ou maximale que le fournisseur s’engage à respecter. Le producteur de chaux est responsable des valeurs garanties, alors que le transporteur épandeur doit livrer un produit certifié conforme à celui qu’il a reçu de la carrière.

Source : Guide de référence en fertilisation. Pour plus d’information sur la gestion du ph du sol et la fertilisation en général des cultures, procurez-vous ce guide à l’adresse suivante : craaq.qc.ca.

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires