Chauler pour un sol en santé

Ce n’est qu’aux alentours d’un pH de 7 qu’à la fois l’azote, la potasse et le phosphore deviennent entièrement disponible

Au Québec, les sols sont généralement acides en raison du climat, de l’action des microorganismes et de la respiration des racines. L’application d’engrais azotés contribue également à l’acidification des sols, de même que les précipitations acides, le lessivage du calcium et le prélèvement du calcium par les plantes. Pour améliorer la productivité et la rentabilité des sols, on doit s’assurer d’en contrôler l’acidité, car celle-ci conditionne les propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols.

Améliorer l’efficacité des éléments fertilisants
Un chaulage régulier et un bon pH aident la plante à croître sans que l’acidité du sol nuise à son développement. Le pH idéal diminue les risques de toxicité de certains éléments mineurs et contribue à rendre les engrais minéraux plus disponibles à la plante. Ce n’est qu’aux alentours d’un pH de 7 qu’à la fois l’azote, la potasse et le phosphore deviennent entièrement disponible. Le chaulage augmente la capacité d’enracinement et de prélèvement des végétaux, de même que la fixation de l’atmosphère par les légumineuses.

Améliorer la structure du sol
L’action bénéfique du chaulage c’est aussi l’apport en calcium et, dans certains cas, en magnésium. Sous nos climats pluvieux, il se perd annuellement de 200 kg à 300 kg de calcium par hectare en lessivage seulement. Les cultures en soutirent environ de 2 kg/ha à 3 kg/ha pour les céréales dont la paille est laissée au champ et près de 100 kg pour la luzerne.

Le calcium joue un rôle important dans les échanges entre les racines et le milieu environnant. Le calcium contribue à la formation des agrégats du sol, tout comme le font les exsudats des racines et autres agents liants biologiques. Quand un sol contient de bons agrégats, sa structure résiste mieux à l’érosion et à la compaction, puis permet à l’eau de pluie de mieux s’infiltrer.

Quand chauler?
La chaux peut être appliquée en tout temps durant la saison, mais il est important de choisir des périodes ou la portance du sol est bonne. Le chaulage des prairies peut s’effectuer après la première ou la deuxième coupe même si la culture ne sera pas labourée à l’automne. Le chaulage de surface ne causera aucun dommage à la culture, particulièrement s’il est fait avant que le regain ne soit très avancé. Le rendement moyen pourrait ainsi être augmenté tout en faisant baisser le pourcentage de couverture par les mauvaises herbes de façon significative.
Attention, il n’est pas recommandé d’appliquer de la chaux sur du lisier ou du fumier fraîchement appliqué. À leur contact, le carbonate de la chaux favorisera la volatilisation de l’azote ammoniacal du fumier, ce qui n’est pas recherché.

Valeurs de pH optimales pour les principales cultures du Québec
Avoine 5,6-7
Blé 6-7
Canola 6-7
Graminées fourragères 6-7
Haricot sec 6,2-7
Lin 6-7

Luzerne et lotier 6,2-7
Maïs 5,8-7
Orge 6-7
Pois sec 6,2-7
Pomme de terre 5,2-6,2
Seigle 5,5-7
Soya 6,2-7
Tournesol 6-7
Trèfle 6-7

Source : Table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires