Le bénéfice de Deere & Company fait un bond de 80 % au deuxième trimestre

Illinois (États-Unis), 13 mai 2003 – Deere & Company a dégagé un bénéfice net de 256,9 millions $ ou 1,07 $ par action, pour le deuxième trimestre terminé le 30 avril, comparativement à 141,8 millions $ ou 0,59 $ par action pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent, ce qui représente un bond de plus de 80 %. Pour le premier semestre, lebénéfice net a plus que triplé par rapport à la même période de l’an dernier,passant de 103,6 millions $ ou 0,43 $ par action à 324,9 millions $ ou 1,35 $par action.

« La rentabilité accrue des activités de nos divisions ‘matériel deconstruction et équipement forestier’ et ‘équipement commercial etrésidentiel’ a contribué aux excellents résultats du deuxième trimestre. Mêmesi le secteur de l’équipement agricole continue de montrer des signes defaiblesse sur le marché national, nos projets d’amélioration ainsi que nosventes accrues à l’extérieur de l’Amérique du Nord ont contribué à stimuler lacroissance des bénéfices de cette division », a expliqué Robert W. Lane,président du conseil et chef de la direction. « Ces résultats sont une preuvede plus que les employés de John Deere mettent en oeuvre les stratégiesappropriées pour améliorer les affaires sont adéquates. »

Comparativement à l’exercice précédent, les produits des ventes nets àl’échelle mondiale ont bondi de 10 % pour totaliser 4,4 milliards $ audeuxième trimestre et de 11 % pour atteindre 7,194 milliards $ pour les sixpremiers mois. Le chiffre d’affaires net s’est chiffré à 3,867 milliards $pour le trimestre et à 6,141 milliards $ pour le semestre, comparativement à3,409 milliards $ et à 5,347 milliards $ l’an dernier.

L’augmentation du chiffre d’affaires net est attribuable principalementaux volumes plus élevés dans les trois principales divisions d’équipement. Enoutre, les taux de change et les prix réalisés ont eu une incidence favorablesur les ventes de l’exercice en cours. Les ventes d’outre-mer ont grimpé de22 % pour le trimestre et de 21 % pour les six premiers mois. Si l’on exclutl’effet de la fluctuation du taux de change, la progression a été de 10 % etde 11 % respectivement, en raison surtout d’une hausse des ventes d’équipementagricole.

John Deere a tiré un bénéfice d’exploitation de 339 millions $ de sesactivités liées à l’équipement pour le trimestre et de 382 millions $ pour lessix premiers mois de 2003, comparativement à 217 millions $ et à 82 millions $l’an dernier. (Les résultats d’exploitation ne tiennent pas compte del’incidence des intérêts débiteurs et des impôts externes ni de certainesautres charges du siège social.)

Les progrès accomplis pour les deux périodes s’expliquent surtout parl’amélioration des prix réalisés, par la hausse des ventes et des volumes deproduction et par des économies de fabrication connexes.

Il n’y a eu aucuns frais d’amortissement de l’écart d’acquisition cetteannée, ce qui a eu une incidence favorable avant impôts de 14 millions $ pourle trimestre et de 28 millions $ pour le premier semestre. De plus, lesrésultats trimestriels et annuels cumulatifs ont été avantagés par les tauxplus élevés de conversion des bénéfices inscrits en monnaie étrangère. Cesfacteurs ont été neutralisés en partie par une hausse de 69 millions $, pourle trimestre, des coûts des avantages postérieurs au départ à la retraite etde 143 millions $ pour les six premiers mois.

Les facteurs mentionnés ci-dessus ont également permis aux activitésliées à l’équipement d’encaisser un bénéfice net de 181,6 millions $ pour letrimestre et de 176,4 millions $ pour les six premiers mois, comparativement àun bénéfice net de 94,9 millions $ et à une perte nette de 15,6 millions $pour les périodes correspondantes de l’exercice précédent.

Points saillants des résultats d’exploitation des activités liées à l’équipement
Equipement agricole Le chiffre d’affaires de la division a bondi de14 %, pour le trimestre, par rapport à l’exercice précédent, et de 11 % pourle semestre. Cette hausse pour les deux périodes est surtout attribuable àl’incidence des taux de change plus élevés, à une amélioration des ventesoutre-mer et des prix réalisés.

Le bénéfice d’exploitation a atteint 195 millions $ pour le trimestre et202 millions $ pour les six premiers mois comparativement à 173 millions $ età 157 millions $ pour les périodes respectives de l’exercice précédent.L’augmentation du bénéfice d’exploitation pour les deux périodes découleprincipalement des prix réalisés, de l’incidence favorable des taux plusélevés de conversion des bénéfices inscrits en monnaie étrangère et de laprogression des ventes en Amérique du Sud. Les résultats annuels cumulatifsont été favorisés par la croissance des ventes et des volumes de production enEurope, illustrant le succès soutenu des produits lancés l’an dernier. Cesfacteurs ont été annulés en partie par une composition moins avantageuse duchiffre d’affaires, une augmentation de 47 millions $, pour le trimestre, descoûts des avantages postérieurs au départ à la retraite et de 95 millions $pour les six premiers mois.

Equipement commercial et résidentiel Les ventes de la division pour letrimestre ont grimpé de 12 % comparativement à l’an dernier. Cette progressions’explique en grande partie par la forte demande pour les nouveaux produitsdans le secteur du détail et par l’incidence de canaux de distributionétendus. Elle a été annulée en partie par une accumulation saisonnière plusfaible des stocks de concessionnaires. Les ventes pour les six premiers moisont augmenté de 19 % comparativement à l’exercice précédent où la division apratiqué de larges coupures dans la production et la livraison afin de réduireles stocks de la société et des concessionnaires.

Le bénéfice d’exploitation s’est chiffré à 110 millions $ pour letrimestre et à 132 millions $ pour les six premiers mois, comparativement à80 millions $ et à 37 millions $ respectivement l’an dernier. L’améliorationdes résultats est principalement attribuable à l’augmentation des ventes etdes volumes de production et aux efficiences connexes en matière defabrication ainsi qu’aux retombées positives des mesures de restructurationantérieures. Ces facteurs ont été neutralisés partiellement par des fraispromotionnels plus élevés pour les nouveaux produits et par une hausse de7 millions $, pour le trimestre, des coûts des avantages sociaux postérieursau départ à la retraite et de 17 millions $ pour les six premiers mois.

Matériel de construction et équipement forestier Les ventes de ladivision se sont accrues de 16 % pour le trimestre et de 22 % jusqu’ici pourl’exercice. Si on exclut les ventes du partenariat Deere-Hitachi aux Etats-Unis et au Canada, le chiffre d’affaires de la division a augmenté de 7 % pourle trimestre et de 13 % pour l’exercice à ce jour. La progression des ventesau trimestre est attribuable à la hausse des taux de change et des prixréalisés. Pour le semestre, les ventes ont été avantagées par lareconstitution des stocks des concessionnaires au même niveau que l’an dernierainsi que par l’amélioration des prix réalisés et des taux de change.

Le bénéfice d’exploitation de la division a atteint 35 millions $ pour letrimestre et 52 millions $ pour les six premiers mois, comparativement à despertes d’exploitation de 22 millions $ et de 88 millions $ respectivement l’andernier. Ces progrès sont principalement dus à une hausse des ventes et desvolumes de production et aux efficiences connexes en matière de fabrication.La montée des prix réalisés ainsi que les réductions de coûts ont également euune incidence favorable sur les résultats de l’exercice. Ces facteurs ont étéannulés en partie par une augmentation de 15 millions $, pour le trimestre,des coûts des avantages sociaux postérieurs au départ à la retraite, et de31 millions $ pour le premier semestre.

Les résultats de l’an dernier ont subi le contrecoup des coûtsd’investissement plus élevés dans Nortrax et des frais de fermeture et deréimplantation d’une usine.

Technologies spéciales Une diminution des coûts et des charges et unamortissement d’écart d’acquisition nul ont donné lieu à une amélioration desrésultats. La division a affiché des pertes d’exploitation de 1 million $ pourle trimestre et de 4 millions $ pour le premier semestre, comparativement àdes pertes de 13 millions $ et de 24 millions $ respectivement il y a un an.Les coûts liés à une fermeture d’usine ont également eu un effet négatif surles résultats de l’exercice précédent.

Au 30 avril 2003, les créances clients totalisaient 3,711 milliards $,soit 30 % du chiffre d’affaires des 12 mois précédents, comparativement à3,517 milliards $ ou 32 % du chiffre d’affaires des 12 mois précédents, il y aun an. Cette hausse inclut un montant de 160 millions $ attribuable à lafluctuation du taux de change. Les stocks, au 30 avril 2003, étaient évalués à2,0007 milliards $, soit 20 % du coût des ventes des 12 mois précédents,comparativement à 1,807 milliard $ il y a un an ou 19 % du coût des ventes des12 mois précédents. L’augmentation de la valeur des stocks comprend un montantde 45 millions $ attribuable à la variation du taux de change.

Aperçu du bénéfice net des services financiers
Crédit Les activités de crédit de Deere ont dégagé un bénéfice net de72,9 millions $ pour le trimestre et de 141,9 millions $ pour les six premiersmois, comparativement à un bénéfice net de 47,3 millions $ et de123,3 millions $ respectivement l’an dernier. Des pertes sur prêts moinsélevées, aucune perte en Argentine et la croissance du portefeuille ont eu uneincidence favorable sur les résultats. Ces facteurs ont été neutralisés enpartie par une diminution des gains en raison d’un volume de ventes réduit debillets de détail et de marges financières rétrécies.

Soins de santé Les activités de Deere liées aux soins de santé ontenregistré un bénéfice net de 3,5 millions $ pour le trimestre et de7,7 millions $ pour les six premiers mois, comparativement à 3,7 millions $ età 8,3 millions $ respectivement l’an dernier. Une baisse du rendement ducapital investi a largement annulé la légère augmentation du bénéfice tiré desactivités.

Conjonctures des marchés et perspectives
Compte tenu des conditions décrites ci-dessous, Deere prévoitactuellement, en se fondant sur les taux de change courants, une haussed’environ 5 % du chiffre d’affaires net de ses activités liées à l’équipementau troisième trimestre alors que son bénéfice net à l’échelle de l’entreprisedevrait se situer entre 175 millions $ et 225 millions $. La société s’attendà ce que le chiffre d’affaires lié aux activités de l’équipement enregistreune hausse de 6 % à 8 % pour l’exercice, ce qui est légèrement en deçà desprévisions précédentes. Les prévisions pour le bénéfice net demeurent dans lafourchette 500 millions $ – 600 millions $. Si on exclut l’incidence des tauxde change et des prix, les ventes devraient demeurer à peu près inchangéespour le trimestre et l’exercice. Les volumes de production devraient fléchirdans la deuxième moitié de l’année et chuter d’environ 5 % au quatrièmetrimestre par rapport aux bas niveaux de l’année dernière.

Equipement agricole Bien que les ventes au détail de machinerieagricole aux Etats-Unis et au Canada devraient connaître un regain au coursdes prochains mois, l’augmentation ne compensera probablement pas lastagnation du début de l’exercice. En conséquence, on s’attend maintenant à unrecul de 5 % des ventes au détail au sein de l’industrie au Canada et auxEtats-Unis pour l’ensemble de l’exercice 2003. Les éléments moteurs des ventespour le reste de l’exercice englobent l’amélioration des liquidités del’exploitant agricole, le maintien des prix des denrées à des niveaux élevéset des conditions d’humidité du sol plus avantageuses. Fait à noter : lesinscriptions à l’aide gouvernementale conformément à la nouvelle loi agricoleaux Etats-Unis sont pratiquement terminées, et les subventions pour2003 devraient dépasser largement le montant total versé l’an dernier. Dansd’autres secteurs, les ventes au détail devraient régresser de 3 % à 5 % enEurope occidentale pour l’exercice, en raison d’une baisse du revenu agricole.L’amélioration de la situation en Argentine est de bon augure pour l’Amériquedu Sud; les prévisions sont donc meilleures, et on s’attend à une diminutiond’environ 5 % par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent.Quant aux volumes de production aux Etats-Unis et au Canada, on prévoitactuellement un recul de plus de 10 % pour les troisième et quatrièmetrimestres par rapport à l’exercice précédent.

Equipement commercial et résidentiel Les ventes d’équipementcommercial et résidentiel John Deere devraient continuer à tirer parti dusuccès de la série 100 de tracteurs de pelouse et d’autres produits lancésdernièrement. En conséquence, les ventes devraient grimper de 13 % à 15 % pourl’exercice. La production a été particulièrement élevée au début de l’année enprévision du printemps, une saison importante pour les ventes. Toutefois, auquatrième trimestre, on s’attend actuellement à une régression par rapport àla période correspondante de l’exercice précédent.

Equipement forestier et matériel de construction Les marchés dumatériel de construction devraient continuer de subir les pressions causéespar le recul des investissements commerciaux et par le fléchissement prolongédans le réseau des entreprises de location indépendantes. La léthargiecaractérisant les marchés mondiaux de la foresterie devrait égalementpersister. Néanmoins, la société a constaté un léger redressement des prix aucours des six premiers mois. Les ventes aux concessionnaires, qui ont étéfavorisées par la reconstitution des stocks au cours des six premiers mois,devraient grimper d’environ 7 % pour l’exercice en incluant les ventes desproduits Hitachi. On prévoit tout de même une légère amélioration des ventesen faisant abstraction des produits Hitachi. Les volumes de production pour ledeuxième semestre de l’exercice devraient correspondre à ceux de l’exerciceprécédent.

Crédit Pour 2003, les résultats de la division du crédit devraientbénéficier d’une baisse des radiations et de la croissance du portefeuille deprêts. En conséquence, la division maintient ses prévisions d’un bénéfice netd’environ 300 millions $ pour l’exercice.

Le plan de la société se déroule comme prévu malgré les marchés difficiles
Les efforts de Deere visant à accroître sa clientèle et l’efficacitéd’exploitation devraient permettre à la société d’atteindre ses objectifs enmatière de bénéfices pour l’exercice, selon M. Lane. « Les conditions surplusieurs marchés clés demeurent anormales et, sont, dans certains cas, endeçà de nos attentes antérieures », a-t-il fait remarquer. « Parallèlement, lescoûts de nos programmes d’avantages sociaux grimpent considérablement. Malgrécette conjoncture difficile, nous sommes en voie d’atteindre nos objectifs, àsavoir favoriser une amélioration durable de nos résultats financiers etgénérer un rendement plus élevé pour les investisseurs. »

John Deere Capital Corporation
Les renseignements suivants sont communiqués au nom de la filiale decrédit de la société, John Deere Capital Corporation (JDCC), conformément auxexigences de présentation applicables à l’émission périodique de titresd’emprunt sur le marché public.

Le bénéfice net de JDCC s’est élevé à 67,5 millions $ pour le trimestre2003 et à 129,8 millions $ pour le premier semestre, comparativement à42,6 millions $ et à 114,5 millions $ respectivement à l’exercice précédent.Les résultats de cette année sont attribuables à une diminution des pertes surprêts, à l’amélioration des résultats en Argentine et à un portefeuille moyenplus gros. Une réduction de bénéfices en raison d’un recul dans les ventes debillets de détail et des marges financières rétrécies a neutralisé en partieces facteurs.

Le montant net des comptes clients et des contrats de location financéspar JDCC était de 12,359 milliards $ au 30 avril 2003, comparativement à10,313 milliards $ un an auparavant. Cette augmentation s’explique par le faitque les acquisitions ont été plus importantes que les sommes recouvrées aucours des 12 derniers mois et que les ventes de billets de détail ont diminué.Le montant net des comptes clients et des contrats de location gérés, lequelenglobe les comptes clients vendus précédemment, totalisait 14,457 milliards $au 30 avril 2003, par rapport à 13,340 milliards $ l’an passé.

Déclaration de la règle refuge en vertu de la Private Securities Litigation Reform Act of 1995 :
Les déclarations du présent communiqué qui se rapportent aux périodesd’exploitation futures sont soumises à des risques et à des incertitudesimportants, qui pourraient entraîner un écart notable entre les prévisions etles résultats réels. Certains de ces risques et incertitudes peuvent entraînerdes répercussions sur des champs d’activités bien précis, tandis que d’autrespeuvent avoir une incidence sur l’ensemble des activités de la société.

Ces énoncés prospectifs comportent certains facteurs pouvant fairel’objet de changements, y compris, pour le secteur de l’équipement agricole,les nombreux facteurs interdépendants qui peuvent influer sur la confiance desagriculteurs, notamment la demande mondiale des produits agricoles, les stocksmondiaux de céréales, les prix réalisés pour les produits de base et lebétail, les dépenses liées aux cultures agricoles (principalement les coûts ducarburant et des engrais), les conditions météorologiques estivales et du sol,la valeur des biens immobiliers, la surface disponible pour l’agriculture, leniveau, la complexité ainsi que la distribution des programmes agricolesgouvernementaux, les maladies du bétail (dont d’autres cas de maladie de la« vache folle » et de fièvre aphteuse), les parasites agricoles, le rendementdes récoltes et le volume des exportations de produits agricoles (notammentles préoccupations à l’égard des organismes génétiquement modifiés).

Parmi les facteurs pouvant avoir une incidence sur les activités de ladivision de l’équipement commercial et résidentiel de John Deere figurent laconjoncture économique générale aux Etats-Unis, la confiance desconsommateurs, leurs habitudes d’emprunt, ainsi que les conditionsmétéorologiques. Une autre condition importante est l’acceptation soutenue parles clients des nouveaux produits de la société, dont les nouveaux tracteursde pelouse de la série 100.

Le nombre de mises en chantier, ainsi que le nombre de constructionspubliques et non résidentielles, est particulièrement important pour la vented’équipement forestier et de matériel de construction de la société. En outre,les prix de la pâte, du bois d’oeuvre et des panneaux de charpente revêtentune importance particulière pour la vente d’équipement forestier.

L’ensemble des activités de la société subit les répercussions de laconjoncture économique générale et de la stabilité politique des marchésmondiaux sur lesquels Deere exerce ses activités (notamment le Brésil,l’Argentine et les pays d’Amérique du Sud). En outre, les activités de lasociété subissent l’influence des politiques monétaires et fiscales de diverspays, des guerres et autres conflits internationaux ou de leur imminence, desmesures prises par le Federal Reserve Board et par les autres banquescentrales des Etats-Unis, des mesures adoptées par la Securities and ExchangeCommission et d’autres organismes de réglementation des Etats-Unis, desmesures prises par des agences de cotation, des crises touchant les marchésfinanciers, de la confiance des investisseurs, des taux d’inflation et dedéflation, du niveau des taux d’intérêt et des taux de change, des habitudesd’emprunt et de remboursement des clients, ainsi que du nombre de prêts ensouffrance et des défauts de paiement. D’autres facteurs englobent lesstratégies des concurrents dans les divers secteurs d’activités de la société,notamment la réduction des prix, les pratiques des concessionnaires, surtouten ce qui concerne les niveaux de stocks d’équipement neuf et d’occasion, lesdifficultés liées à la production et à la technologie, notamment les limitesde capacité et d’approvisionnement, les coûts et l’approvisionnement enpétrole et en énergie, les relations de travail, la modification des normescomptables, l’incidence du terrorisme et les réactions qu’il suscite, lesguerres et autres conflits internationaux, ainsi que les lois régissant lessecteurs d’activités de la société. D’importantes fluctuations des coûts liésaux soins de santé et de la valeur marchande des actifs de placement, qui serépercutent sur les charges de retraite, peuvent également influer sur lesrésultats de la société. En outre, d’autres épidémies ou la propagation demaladies graves comme le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) pourraientavoir une incidence sur les activités et les résultats de la société.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

John Deere
http://www.deere.com/

Commentaires