Le budget fédéral aide les agriculteurs, sans faire beaucoup pour favoriser la croissance de l’industrie

Ottawa (Ontario), 26 février 2008 – La Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) est heureuse de certaines des mesures annoncées dans le budget fédéral. Le gouvernement y réaffirme son engagement d’aider les producteurs de bétail en difficulté en améliorant leur accès à des paiements anticipés sous la forme de prêts. Le budget renferme quelques mesures qui aideront les agriculteurs à investir dans des opérations de transformation à valeur ajoutée et dans l’énergie renouvelable.

L’expansion des déductions pour amortissement dans le contexte de l’investissement au titre de l’équipement et des machines utilisés dans les secteurs de la fabrication et de la transformation aideront les agriculteurs qui se livrent à de la production à valeur ajoutée dans le cadre de leurs opérations. Ces déductions ont également été étendues aux machines servant à générer de l’énergie renouvelable. On pense notamment à la production de bio-méthane et à l’utilisation de biodigesteurs. Le budget annonçait aussi une extension de l’allègement de la TPS prélevée sur les terres louées aux fins d’exploration de ressources naturelles afin d’y inclure celles louées en vue de la production d’électricité éolienne et solaire. Ces deux mesures aideront l’agriculture à jouer un rôle plus important dans la génération d’énergie renouvelable.

« L’aide prévue pour nos producteurs de porcs et de bétail durement touchés était une priorité clé de l’industrie à l’égard de ce budget et le gouvernement est à la hauteur de nos attentes », a déclaré M. Bob Friesen, président de la FCA. « Les déductions pour amortissement et les mesures au chapitre de l’énergie renouvelable seront également bénéfiques pour les agriculteurs. »

Le budget prévoyait également un certain investissement dans les biocarburants, en attribuant des fonds à la recherche et au développement et à un projet pilote pour promouvoir l’éthanol E85. Les biocarburants sont très importants pour les agriculteurs, qui sont favorables à tout investissement du gouvernement dans cette industrie. Toutefois, la FCA aurait aimé voir des mesures additionnelles visant à renforcer la participation des agriculteurs dans l’industrie des biocarburants et à assurer des retombées positives pour eux.

La FCA est préoccupée également par le fait que le budget ne contient aucune initiative ou aucun engagement de favoriser l’investissement dans l’industrie de l’agriculture et la croissance de celle-ci. Dans sa présentation budgétaire, la FCA proposait un Plan d’investissement coopératif (PIC), soit des incitatifs fiscaux pour encourager l’investissement dans les coopératives agricoles, aider celles-ci à obtenir du capital et assurer un investissement direct dans les collectivités rurales. Un PIC aurait très bien cadré avec les autres mesures fiscales prévues dans le budget. Le budget ne mentionne ou n’appuie aucunement le cadre stratégique pour l’agriculture « Cultivons l’avenir » que le gouvernement et l’industrie sont en train d’élaborer ensemble et ne mentionne pas la composante AgriFlex que les groupes représentant l’industrie aimeraient que le gouvernement inclue aux programmes du cadre « Cultivons l’avenir ».

« Aujourd’hui, les agriculteurs veulent que leur industrie ne soit pas perçue strictement comme un secteur en crise qui a besoin d’aide. Ils veulent qu’il soit considéré comme un secteur croissant dans lequel il y a lieu d’investir. Nous aurions aimé voir cette philosophie reflétée davantage dans le budget », a ajouté M. Friesen. »Nous espérons qu’il y aura une certaine souplesse au-delà du budget pour donner suite à certaines de ces idées. Nous avons hâte de discuter avec M. Ritz lorsqu’il viendra à notre assemblée générale annuelle cette semaine pour discuter de la manière dont nous pouvons aller de l’avant ensemble dans ces dossiers. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires