Le Canada améliorera les mesures de contrôle de l’ESB visant les aliments pour animaux

Ottawa (Ontario), 9 juillet 2004 – Le gouvernement du Canada a annoncé qu’il introduira de nouvelles restrictions sur les aliments pour les animaux pour renforcer encore davantage les mesures canadiennes de protection contre l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). Le gouvernement a l’intention d’exiger le retrait des matières à risque spécifiées (MRS) d’origine bovine de la chaîne alimentaire animale. Les MRS sont des tissus qui, chez les bovins infectés, abritent l’agent pathogène de l’ESB. Ces tissus sont déjà retirés de tous les animaux abattus pour la consommation humaine.

Cette mesure ajoutera un niveau additionnel de sécurité à l’interdiction actuelle qui est entrée en vigueur en 1997 et cible l’utilisation de matières provenant de ruminants, comme les MRS, pour nourrir le bétail. En empêchant dès le début l’entrée de ces matières potentiellement infectées dans la chaîne de production des aliments pour animaux, nous diminuons le risque de contamination croisée des aliments des ruminants lors de la production et de la distribution d’aliments pour animaux, ainsi que de leur usage non approprié à l’exploitation. Selon les analyses de risque effectuées, le retrait des MRS des aliments pour les animaux réduira plus rapidement l’incidence de l’ESB en Amérique du Nord en prévenant la propagation future de la maladie.

« Le Canada a eu la prévoyance de mettre en oeuvre des mécanismes de protection, comme l’interdiction frappant les aliments du bétail, bien avant que nous découvrions des cas d’ESB dans cette partie du monde, a déclaré Bob Speller, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre responsable de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. L’adoption d’une approche axée sur l’avenir pour renforcer ces mesures de protection procurera le niveau requis de protection à long terme de la santé animale. »

L’Agence canadienne d’inspection des aliments introduira un projet de règlement qui exigera le retrait et le réacheminement des matières à risque spécifiées et des carcasses de bovins morts et couchés de tous les aliments pour animaux, y compris ceux pour animaux de compagnie. Étant donné l’importance de cette mesure, le gouvernement fédéral a étudié avec soin différentes options de concert avec les représentants des provinces et des territoires, les intervenants et ses homologues à l’échelle internationale, et notamment la Food and Drug Administration. Le gouvernement continuera ses vastes consultations sur la portée, le calendrier de mise en oeuvre et d’autres modalités opérationnelles relatives à cette mesure au fil de son élaboration.

À la suite de la détection de cas d’ESB en Amérique du Nord, l’équipe internationale d’experts en santé animale qui a étudié la situation de l’ESB au Canada a fortement recommandé le retrait des MRS de la chaîne alimentaire animale et leur réacheminement. Une recommandation similaire a été formulée par l’équipe qui a étudié la situation aux États-Unis. L’imposition de restrictions sur les aliments pour animaux est universellement reconnue comme étant la mesure déterminante pour endiguer la propagation de l’ESB.

Les autorités canadiennes et américaines ont collaboré ces derniers mois à la mise au point d’approches harmonisées pour enrayer le problème de l’ESB en Amérique du Nord. Ces actions sont le reflet de l’intégration du marché nord-américain et de l’engagement des deux pays à mettre en oeuvre des mesures fondées sur des principes scientifiques pour protéger la santé animale.

Depuis la détection de cas d’ESB l’an dernier en Amérique du Nord, le gouvernement a pris des mesures importantes pour renforcer les mécanismes de protection du Canada contre cette maladie. Le Canada a exclu les MRS des aliments pour les humains et s’emploie à améliorer l’identification des animaux et à intensifier la surveillance de l’ESB. L’ajout de nouvelles mesures de contrôle des aliments pour animaux renforcera la santé du cheptel national et mettra un terme à la réponse du Canada aux grandes recommandations de l’équipe internationale.

« Les nouvelles mesures annoncées aujourd’hui viennent se greffer aux mesures importantes que nous avons déjà prises pour protéger la santé publique, a indiqué le ministre de la Santé Pierre Pettigrew. Nous continuerons de collaborer avec la communauté internationale de façon à ce que le Canada profite des mécanismes de protection les plus efficaces en ce qui concerne les produits bovins. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Santé Canada
http://www.hc-sc.gc.ca

Commentaires