Le Canada optimiste sur un meilleur accès à ses vins dans l’UE

Paris (France), 9 janvier 2001 – Le ministre canadien de l’Agriculture a déclaré être optimiste quant à un meilleur accès des vins canadiens au sein de l’Union européenne.

Lyle Vanclief, ministre canadien de l’Agriculture, a déclaré que les négociations autour d’un meilleur accès du vin canadien vers l’Union européenne avançaient « très bien ».

« Nous avons déjà un accès vers l’Union européenne, et nous avançons », a déclaré Lyle Vanclief au cours d’une conférence de presse, avant un dîner de travail avec son homologue français, Jean Glavany.

L’accès du vin canadien sur le marché européen est limité en raison de sa teneur élevée en alcool.

« Je suis très optimiste quant au fait que nous obtiendrons un meilleur accès vers le marché européen », a ajouté le ministre canadien.

Les producteurs français refusent d’assouplir l’accès aux vins canadiens, car, selon eux, ils utilisent les appellations françaises de façon abusive, l’un des meilleurs exemples étant l’utilisation du terme « Champagne » pour désigner certains mousseux canadiens.

Le ministre canadien a affirmé que les producteurs de son pays se préparaient à cesser d’utiliser ces appellations.

Le Canada exporte actuellement vers l’Union l’équivalent de 65.000 dollars canadiens par an, alors qu’il importe annuellement pour 250 millions de dollars canadiens de vin français, a déclaré Vanclief.

Le vin canadien est communément appelé vin de glace parce que les grappes de raisins sont laissées sur les vignes jusqu’au gel. Le vin est fabriqué à partir de ces grappes gelées tout de suite après avoir été récoltées.

C’est un vin sucré qui est principalement utilisé pour accompagner les desserts.

L’Allemagne et l’Autriche produisent également du vin de glace, selon Vanclief.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires