Le Canada se réjouit de la décision de l’OMC en matière d’importations d’OGM

Ottawa (Ontario), 22 novembre 2006 – Le ministre du Commerce international, l’honorable David Emerson, et le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé, l’honorable Chuck Strahl, ont salué l’adoption, par l’Organisation mondiale du commerce (OMC), d’une décision contre le traitement de l’Union européenne (UE) en matière d’importations d’organismes génétiquement modifiés (OGM) :

« Notre gouvernement a longtemps soutenu qu’aucune justification scientifique ne permettait à l’UE de reporter l’approbation des importations d’OGM en provenance du Canada, qui créait un obstacle injustifié au commerce, a affirmé le ministre Emerson. Cette décision permettra aux producteurs canadiens d’avoir accès aux marchés européens et de commercialiser efficacement leurs produits. »

« C’est une énorme victoire pour l’industrie agricole canadienne, notamment le secteur de la biotechnologie, a ajouté le ministre Strahl. Les promoteurs de projets, les producteurs, les transformateurs et les exportateurs canadiens sont à la fine pointe de l’industrie, et peuvent maintenant exporter leurs technologies et produits novateurs vers les marchés européens. »

Le groupe spécial de l’OMC a accepté l’argumentation du Canada selon laquelle l’UE avait imposé un moratoire injustifié à l’égard de l’approbation de produits de biotechnologie au cours de la période allant de juin 1999 à août 2003, ce qui équivalait à une interdiction applicable aux importations de ces produits. Le groupe spécial a constaté également que les interdictions nationales imposées par les cinq membres de l’UE sur les OGM n’étaient pas justifiées.

Cette victoire arrive au bon moment alors que la demande de graines oléagineuses en Europe augmente à la suite de la politique de l’Union européenne de promouvoir l’utilisation de biodiésel. Cette décision de l’OMC pourrait vraiment profiter aux producteurs canadiens qui cultivent un certain nombre de variétés de céréales et de graines oléagineuses qui n’étaient pas approuvées en vertu du moratoire.

L’UE a indiqué qu’elle ne fera pas appel de cette décision.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international
http://www.dfait-maeci.gc.ca/

Commentaires