Le CILQ dénonce la fabrication illégale de fromage

Montréal (Québec), 5 octobre 2006 – Réagissant au cas d’intoxicationalimentaire, survenu cette semaine dans la région deSainte-Brigide-des-Saults, et que l’on associe à une fabrication illégale defromage, le Conseil des industriels laitiers du Québec (CILQ) déplore qu’unepratique irresponsable ait des conséquences aussi tragiques et souhaite à lapersonne qui en est victime un prompt rétablissement. Il invite par ailleursles consommateurs à la plus grande prudence. Il faut en effet se garder deconsommer des fromages produits par des établissements qui n’ont pas depermis, et qui échappent ainsi aux contrôles rigoureux auxquels est soumise laproduction fromagère québécoise. Les consommateurs ont donc intérêt àn’acheter que les fromages provenant d’établissements autorisés à lesfabriquer. (S’informer auprès du MAPAQ).

Le CILQ ne tient aucunement le lait cru responsable de ce cas d’intoxication, mais bien plutôt le fabricant qui opérait sans permis et, donc, en dehors de normes de contrôle de base. Des cas d’intoxicationsemblables pourraient survenir même si on utilisait du lait pasteurisé.

Le CILQ évoque par ailleurs une pratique qui a cours dans certainesrégions et qui, estime-t-il, comporte des risques pour la santé. Il s’agit dela production itinérante de fromage, à partir d’équipements mobiles, pratiquequi n’est pas autorisée et qui échappe à tout contrôle. C’est le cas notammentde certains fabricants qui vont produire du fromage chez un producteur de laitou sur le site d’un événement, tel une exposition ou une foire. Or, on saitque la fabrication du fromage doit se faire dans des conditions strictes etselon des normes très précises, pour éviter tout risque de contamination.Depuis le 28 mars 2006, le CILQ exhorte le MAPAQ à intervenir pour contrôlercette pratique irresponsable.

Le fromage québécois, qu’il soit fait de lait cru ou de lait pasteurisé,a acquis ses lettres de noblesse, tant au Québec qu’à l’étranger. Cetteréputation, il la tient à la créativité de ses fabricants, mais aussi à leurrigueur et à leur souci de veiller à la qualité et à l’innocuité de leurproduit. Il serait ainsi dommage que cette réputation, si chèrement acquise,puisse être compromise par le comportement de certains fabricants délinquants.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Conseil de l’industrie laitière (CILQ)
http://www.cilq.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires