Le Conseil canadien du porc attend beaucoup de la conférence de Hong Kong

Ottawa (Ontario), 29 novembre 2005 – « Le Canada, affirme le président du Conseil canadien du porc, Clare Schlegel, doit s’impliquer dans la prochaine conférence ministérielle de l’OMC afin de donner un second souffle aux négociations du Cycle de Doha et tenter de libéraliser le commerce tout en le dotant de règles équitables ».

« Il semble peu probable, ajoute-t-il, qu’on parvienne à un accord sur l’ampleur des réductions tarifaires et sur les autres modalités, comme on l’espérait. Il demeure toutefois extrêmement important pour la croissance des exportations canadiennes de porc que la réunion de Hong Kong débouche sur un engagement clair qui permettra de conclure le Cycle de Doha le plus rapidement possible tout en atteignant les objectifs initiaux de réforme et de libéralisation des politiques commerciales ».

« Le Canada est déjà parmi les trois plus gros exportateurs de porcs au monde », explique M. Schlegel, un producteur de porcs à l’engraissement, près de Stratford, en Ontario. « Toutefois, comme les Etats-Unis et le Mexique continuent d’accroître leurs exportations, notre industrie est de plus en plus dépendante des pays non signataires de l’ALENA, simplement pour maintenir le niveau actuel de ses ventes, et à plus forte raison pour assurer la croissance future de notre industrie. Voilà pourquoi les négociations de l’OMC sont si importantes pour les producteurs de porcs. »

La valeur des exportations canadiennes de porc devrait atteindre environ trois milliards de dollars en 2005. Elles étaient de moins d’un milliard, il y a à peine dix ans. Le Canada exporte maintenant dans plus d’une centaine de pays. Les exportations canadiennes de viande de porc vers les pays non signataires de l’ALENA ont presque triplé entre 1999 et 2005 (voir le tableau ci-joint).

L’industrie canadienne du porc souhaite que les négociations du Cycle de Doha débouchent sur les engagements suivants :

  • l’élimination ou une réduction importante de tous les tarifs sur la viande de porc;
  • l’élimination des subventions à l’exportation;
  • des réductions additionnelles dans les subventions qui causent des distorsions sur le commerce tout en gardant la flexibilité requise pour faire face à des situations d’urgence comme les maladies animales exotiques;
  • une réforme des règles commerciales visant à restreindre le recours aux droits compensateurs et antidumping pour se protéger contre la concurrence normale des importations;
  • une réforme administrative des contingents tarifaires dans la foulée des engagements du Cycle de l’Uruguay sur l’accès minimum au marché.

Une délégation du CCP participera à la réunion ministérielle qui aura lieu en décembre à Hong Kong.

Le Conseil canadien du porc est l’association nationale qui représente les intérêts des producteurs de porcs du Canada. Pour plus de détails sur les objectifs de l’industrie canadienne du porc dans le cadre des négociations du Cycle de Doha à l’OMC, consulter le site du Conseil.

Un tableau est disponible à l’adresse suivante :

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Conseil canadien du porc (CCP)
http://www.canpork.ca/

Commentaires