Le gouvernement canadien investit dans la recherche en sciences nutritionnelles et en santé à l’I.P.E.

Charlottetown (Ile-du-Prince-Édouard), 18 décembre 2008 – L’honorable Gary Goodyear, ministre d’Etat (Sciences et Technologie), et l’honorable Gail Shea, ministre des Pêches et des Océans, ont annoncé que le gouvernement canadien réinvestira dans la grappe technologique en sciences nutritionnelles et de la santé du Conseil national de recherches du Canada (CNRC) à Charlottetown. L’investissement permettra aux chercheurs de l’Ile-du-Prince-Edouard de poursuivre leurs travaux en vue de prévenir la maladie et d’améliorer la santé des Canadiens.

« Notre gouvernement sait pertinemment que, pour devenir plus compétitive, l’économie canadienne doit miser sur les progrès scientifiques et technologiques. Notre qualité de vie s’en trouvera aussi améliorée », a déclaré le ministre Goodyear.« En continuant d’alimenter l’innovation en sciences et en technologie, nous créerons des emplois de qualité pour les Canadiens tout en rehaussant le niveau de vie de la population. »

« Je suis heureuse de cet appui apporté aux sciences et à la technologie de l’Ile-du-Prince-Edouard », a ajouté la ministre Shea. « Un tel investissement fera en sorte que les chercheurs de la province demeureront à la tête de la recherche en santé au Canada, pour le bienfait de son entière population. »

La grappe technologique en sciences nutritionnelles et de la santé du CNRC rassemble des experts du CNRC, d’autres organismes gouvernementaux, de l’industrie ainsi que des universités et des collèges. Collectivement, ces spécialistes cherchent comment améliorer la santé des Canadiens, principalement en prévenant la maladie. Les membres de la grappe tentent d’établir comment exploiter les ressources terrestres et marines renouvelables qui existent dans la nature pour s’attaquer à des problèmes cruciaux pour la santé. Les chercheurs s’intéressent particulièrement aux conditions associées au vieillissement, à l’obésité, aux infections et au système immunitaire, notamment les troubles neurologiques comme les maladies de Parkinson et d’Alzheimer, les affections cardiovasculaires, le syndrome métabolique, le diabète de type 2, les viroses et les allergies.

« La grappe technologique en sciences nutritionnelles et de la santé illustre parfaitement comment le CNRC et ses partenaires coopèrent pour élaborer de vraies solutions aux problèmes de santé des Canadiens tout en aidant le secteur des biosciences de l’I.-P.-E. à poursuivre son essor », a déclaré Pierre Coulombe, président du CNRC. « En réinvestissant dans cette grappe, le gouvernement permettra aux chercheurs de renommée internationale de l’I.-P.-E. de découvrir de nouveaux composés bioactifs, naturels et renouvelables qui auront une incidence bénéfique sur la santé humaine. »

Les grappes de technologiques sont de vastes partenariats communautaires où l’industrie, les universités et les collèges ainsi que tous les paliers de l’administration publique s’épaulent pour procurer un avantage concurrentiel au Canada par la recherche et l’innovation. Ces partenariats scientifiques et technologiques placent la communauté dans une excellente position pour attirer de nouveaux talents, séduire les investisseurs et multiplier les activités économiques.

L’investissement de huit millions de dollars dans la grappe de Charlottetown fait partie des 12 millions que le gouvernement canadien débloquera en deux ans dans le cadre de la troisième ronde de l’Initiative des grappes technologiques du CNRC.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Conseil national de recherches du Canada
http://www.nrc.ca/

Commentaires