Le manque de temps est le premier obstacle à la saine alimentation des Québécoises

Montréal (Québec), 3 février 2009 – Malgré qu’elles affirment en grand nombre connaître les recommandations du Guide alimentaire canadien, près d’une Québécoise sur deux (42 %) avoue sauter un repas à l’occasion. En effet, selon un récent sondage national réalisé par Harris Decima pour le compte de Nutribar, le manque de temps représente la première entrave à une saine alimentation pour 37 % des femmes au Québec. Elles sont d’ailleurs les plus nombreuses au pays à admettre manquer de temps afin de préparer des repas équilibrés.

« Les femmes pressées devraient plutôt opter pour des substituts de repaslorsqu’elles ne peuvent prendre le temps de manger un repas équilibré »,affirme Nathalie Lambert, championne olympique en patinage de vitesse etfervente disciple d’un régime de vie équilibré. « Par contre, il faut faireattention : plusieurs barres dites santé ne contiennent pas nécessairementtous les éléments nutritifs nécessaires que seul un repas complet peut nousfournir. C’est pourquoi il est important de bien choisir son substitut derepas pour s’assurer d’obtenir toutes les éléments essentiels afin de noussoutenir jusqu’au prochain repas. Les produits substituts de repas Nutribarfournissent l’apport équilibré d’un repas complet en protéines, en glucides,en lipides ainsi qu’en vitamines et minéraux, tel que le conçoit et recommandeSanté Canada. »

D’autres obstacles à la saine alimentation
Les Canadiennes et les Québécoises mènent une vie trépidante et courentd’une occupation à l’autre. En effet, près d’une sur cinq d’entre elles (21 %)affirme devoir manger sur le pouce à l’occasion. Dans le contexte économiqueactuel, certaines femmes au pays trouvent que de manger sainement coûte cheret décourage les efforts de bien s’alimenter (18 %). Bien qu’en Atlantique (29%) et en Colombie-Britannique (21 %) le coût des aliments représente uneimportante source de préoccupations, il semble que ce souci soit moins partagépar les Québécoises (14 %).

Pour enrober le tout, il y a cette perpétuelle tentation de recourir à larestauration rapide, économique et facilement accessible, ce que choisissentde faire un peu plus d’une femme sur dix au Québec.

Les Québécoises… bien dans leur peau!
Le miroir ne ment pas. Du tour de taille trop enrobé aux cuisses encapitons, des formes disgracieuses aux bras flasques, les femmes canadiennesn’aiment pas ce qu’elles voient. En effet, selon le sondage, une femme surtrois (36 %) n’est pas entièrement satisfaite de son corps. Cette tristeritournelle résonne d’un océan à l’autre, en commençant par laColombie-Britannique où seulement la moitié des femmes (53 %) se disentsatisfaites. Au Québec, la joie de vivre semble au menu quotidien alors que 79% des femmes célèbrent leur déesse intérieure, faisant exception aux autresCanadiennes.

A propos de Nutribar
Les laits fouettés de Nutribar sont sur le marché canadien depuis 1979 etles barres, depuis 1987. Ces préparations sont formulées en conformité avec laréglementation sur les repas substituts de la Loi sur les aliments et droguesdu Canada. Les repas substituts fournissent l’apport nutritionnel complet etéquilibré dont le corps a besoin, tout en présentant une concentration plusfaible en calories comparativement au repas régulier. Une seule Nutribarrenferme tous les nutriments essentiels d’un repas complet. Pour plusd’information, visitez le site www.nutribar.com.

A propos du sondage
L’étude a été menée par Harris/Decima entre le 8 janvier et le 18 janvier2009 au moyen d’une enquête omnibus nationale réalisée par téléphone auprèsd’un échantillon représentatif de 1 022 femmes canadiennes. La marge d’erreurest de +/- 3,1 %.

Commentaires