Le ministre Mitchell apprécie la participation du Québec à la Stratégie de repositionnement

Ottawa (Ontario), 23 novembre 2004 – M. Andy Mitchell, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, s’est dit heureux que le gouvernement du Québec participe à la Stratégie nationale de repositionnement de l’industrie de l’élevage.

« Depuis le début, je souligne que la stratégie est assez souple pour tenir compte de la situation particulière de chaque province. Je suis heureux que le gouvernement du Québec ait accepté de se joindre à nos efforts nationaux pour repositionner l’industrie afin d’assurer sa rentabilité à long terme, a annoncé le ministre Mitchell. Même s’il y a toujours des discussions en cours sur d’autres aspects, plus particulièrement sur la situation de l’industrie du lait, il s’agit d’une décision très appréciée. »

L’accord entre le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada a été conclu à la suite de discussions poussées auxquelles ont participé des représentants de l’industrie. Le Québec a annoncé qu’il participera au Programme de retrait des bovins gras et au Programme de retrait des veaux d’engraissement et qu’il adhérera à la disposition spéciale visant le versement accéléré d’avances au titre du Programme canadien de stabilisation du revenu agricole. Ces avances aideront les producteurs de vaches reproductrices et de certains autres ruminants.

La Stratégie nationale de repositionnement de l’industrie de l’élevage, qui a été annoncée le 10 septembre, vise à aider les producteurs québécois et canadiens en favorisant l’accroissement de la capacité d’abattage et la stabilisation du marché qui découlera des programmes de retrait.

Depuis mai 2003, les gouvernements fédéral et provinciaux ont engagé la somme de 2,5 milliards de dollars dans les initiatives de soutien à l’industrie visant à contrer l’ESB en plus des programmes de gestion des risques de l’entreprise existants. Le Québec recevra plus de 366 millions de dollars au titre des programmes de gestion des risques de l’entreprise. En vertu du PCSRA 2003, on estime qu’un montant de 90 millions de dollars en financement fédéral a été attribué au Québec et qu’en vertu du PCSRA 2004, un autre montant d’environ 102 millions de dollars provenant du gouvernement fédéral sera accordé au Québec. En outre, on estime qu’un montant de plus de 140 millions de dollars est destiné au Québec au titre du Programme d’aide transitoire à l’industrie et des autres programmes de soutien visant à contrer l’ESB.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires