Le phosphore de nos déchets

Un chercheur de l’Université Concordia, James Bambara, s’intéresse au contenu en phosphore du digestat (résidu) de la biométhanisation. Il y voit une solution à la rareté de ce minéral utile en agriculture. Le phosphore sert dans la fabrication des engrais.

Des usines de biométhanisation verront bientôt le jour un peu partout sur le territoire québécois. Les déchets de table seront ainsi convertis en énergie. En plus de cette énergie sous forme de biogaz, un digestat résulte de la transformation. Cette boue peut servir d’engrais. En France, on en extrait l’azote, mais son contenu en phosphore n’est pas à négliger, estime le chercheur.

Celui-ci propose de faire une pierre deux coups en réutilisant l’énergie de la biométhanisation et les minéraux du digestat pour fournir des serres à proximité des usines de biométhanisation.

« Avec la hausse imminente du coût de l’engrais, a-t-il confié au journal La Presse, il se peut qu’un jour, on nous paie pour nous débarrasser de nos déchets organiques ».

En France, les résidus de la biométhanisation sont utilisés comme fertilisants. Pour lire ce que LeBulletin.com a publié sur le sujet, cliquer ici.

Commentaires