Le Québec adopte la modification au Programme canadien de stabilisation du revenu agricole

Montréal (Québec), 19 février 2004 – Lors d’une première rencontre tenue avec son homologue fédéral, M. Robert Speller, la ministre del’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Mme Françoise Gauthier, luia indiqué que le Québec accepte de signer la modification au Programmecanadien de stabilisation du revenu agricole (PCSRA). La modification comporte des améliorations substantielles aux modalités de ce programme destiné à l’ensemble des producteurs agricoles canadiens. Plus précisément, elle vise àélargir la portée du programme pour qu’il couvre désormais la marge deproduction négative des entreprises, c’est-à-dire les situations où lesrevenus admissibles sont inférieurs aux dépenses admissibles. La modificationvise aussi à assouplir les modalités de dépôt et à hausser les plafondsd’aide.

La ministre Gauthier a déclaré « qu’il s’agit d’une améliorationimportante au programme et que son entrée en vigueur doit se faire rapidementà l’échelle nationale dans l’intérêt des producteurs ». Celle-ci exige lasignature de sept provinces et territoires représentant au moins 50 % de lamarge de production du secteur agricole canadien. Le Québec est la quatrièmeprovince à approuver ces modifications.

Outre les modifications au PCSRA, les ministres ont abordé plusieurssujets, notamment la mise en oeuvre des programmes du Cadre stratégiqueagricole, les conséquences de la crise de la vache folle, les négociations àl’Organisation mondiale du commerce (OMC) et la situation des producteurs detabac.

Cadre stratégique agricole
En ce qui concerne le contenu des programmes du Cadre stratégiqueagricole, les ministres ont convenu de terminer rapidement les travauxrelatifs aux programmes en agroenvironnement et en renouveau des entreprisesafin d’en arriver à des mesures adaptées aux besoins du Québec. Ils ont confiéà leurs fonctionnaires le mandat de finaliser le contenu des programmes et desententes en vue de l’entrée en vigueur des mesures dans les prochainessemaines. « Cet entretien m’a permis de réaffirmer l’importance d’unecollaboration fédérale-provinciale axée sur la souplesse et le respect desparticularités québécoises. Nous devons continuer de travailler ensemble àl’amélioration et à la simplification des programmes touchant le secteuragricole et agroalimentaire », a réaffirmé la ministre Gauthier.

Encéphalopathie spongiforme bovine
Les ministres ont également discuté du commerce d’animaux vivants,toujours interdit d’importation sur le marché américain à la suite du premiercas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) survenu en mai 2003. Laministre Gauthier a insisté sur la nécessité d’une reprise du commerce desanimaux aux fins d’abattage et de reproduction avec les Etats-Unis ainsi quevers d’autres destinations. La qualité génétique des vaches de races laitièresdu Québec étant bien reconnue aux Etats-Unis, les ministres ont convenu del’importance d’accélérer les discussions avec le gouvernement américain en vuede rétablir rapidement l’ensemble du commerce, notamment pour cette catégoried’animaux. Par ailleurs, Mme Gauthier a demandé à son homologue d’examinerattentivement la situation des producteurs d’animaux de génétique supérieureet de reproduction afin de les aider à maintenir leurs activités.

Négociations commerciales à l’Organisation mondiale du commerce
La question des négociations commerciales à l’Organisation mondiale ducommerce (OMC) a aussi été abordée. Mme Gauthier a tenu à rappeler à M.Speller l’importance de voir le gouvernement fédéral continuer de défendre lessystèmes de gestion de l’offre à l’OMC. « Ces mécanismes ont fait leurs preuvescomme outils de mise en marché. Ils permettent d’assurer des produits dequalité aux consommateurs à des prix raisonnables tout en garantissant desrevenus stables aux producteurs, sans créer de surplus sur les marchésmondiaux », a affirmé la ministre. Le gouvernement du Québec tient à réitérerau gouvernement fédéral sa volonté de collaboration pour la défense de laposition canadienne concernant les mécanismes de gestion de l’offre.

Soutien aux producteurs de tabac
Mentionnons que la ministre Gauthier a aussi rappelé à son homologue lasituation difficile que traversent les producteurs de tabac, qui doivents’orienter vers de nouvelles productions. Elle a souligné l’importance d’unsoutien financier du gouvernement fédéral à ces derniers pendant cette périoded’adaptation, en complément des mesures prises par le Québec.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires