Le sous-indice des prix agricoles a fait un bond de 2,6% en mars

Montréal (Québec), 13 avril 2005 – L’indice des prix des marchandises de BMOGroupe financier a poursuivi sa montée au mois de mars en atteignant unnouveau record de 183,6 (1993 = 100), soit un solide gain de7 pour cent pour le mois.

« C’est la cinquième fois au cours des six derniers mois que nousconstatons une hausse de cet indice, a déclaré Earl Sweet, économiste en chefadjoint de BMO Groupe financier. En outre, l’indice s’établit maintenant àprès de 21 pour cent de plus qu’il y a un an. »

Ce mouvement de hausse est attribuable en majeure partie au sous-indicedu pétrole et du gaz, mais l’ensemble des marchandises, à l’exception desproduits forestiers dont l’indice est demeuré généralement stable, y acontribué.

Malgré la fermeté actuelle de la plupart des marchés des marchandises, onne s’attend pas à ce que la forte tendance haussière des prix se maintiennetout au long de 2005. « La performance des diverses marchandises sera trèsprobablement contrastée, la fermeté soutenue des prix des métaux et les gainsdes pâtes et papiers étant contrebalancés par le recul des prix des produitsforestiers, du pétrole brut et des produits agricoles, a souligné M. Sweet. En2006, la décélération de la croissance de l’économie mondiale etl’augmentation de la production de plusieurs marchandises devraient assouplirla plupart des marchés des marchandises et entraîner un fléchissement généraldes prix. »

Le sous-indice des prix agricoles a fait un bond de 2,6 pour cent en mars grâce aux forts gains enregistrés par les oléagineux et le mais, les prix du blé étant demeurés en grande partie stables pendant le mois. Malgré cettehausse, les prix agricoles sont restés en mars environ 6 pour cent sous leurniveau d’il y a un an. « Etant donné l’abondance prévue des récoltes dans desrégions de production clés du globe, on s’attend à ce qu’une pression à labaisse continue de s’exercer sur les prix agricoles », a affirmé M. Sweet.

Le sous-indice du pétrole et du gaz a connu une progression marquée enmars, en réponse aux augmentations démesurées enregistrées par le brut et legaz naturel. « Bien que les marchés du brut et des produits à base de pétrolesoient bien approvisionnés en ce moment, il est à craindre que la productionmondiale n’ait presque atteint sa capacité maximale et ne soit pas en mesurede faire face à d’autres augmentations importantes de la demande, a poursuiviM. Sweet. En retour, la hausse du prix du baril de pétrole a contribué àsoutenir les prix du gaz naturel, puisque les deux combustibles se fontconcurrence sur certains marchés. »

M. Sweet a fait remarquer que la croissance soutenue de l’offre mondialedu pétrole devrait permettre de répondre à la demande croissante et demaintenir des stocks suffisants au cours des deux prochaines années. LaDirection des études économiques de BMO prévoit que le prix de référence WTI(West Texas Intermediate) glissera de sa position actuelle au-dessus des50 $ US vers une moyenne de 46,50 $ US le baril en 2005. « En 2006, nous nousattendons à ce que la croissance plus lente de la demande et l’augmentation dela capacité de production émousse un peu le marché, le prix de référence WTIse repliant jusqu’à 41 $ US le baril en moyenne. »

Le sous-indice des métaux et des minéraux a prolongé la période de gainsappréciables qu’il a connue au cours de la dernière année grâce à une haussede 4 pour cent en mars. Celle-ci était attribuable à l’excellente performancedu nickel, de l’aluminium et du cuivre.

« Les prix des métaux devraient se maintenir près des valeurs actuellespendant le reste de l’année 2005, a déclaré M. Sweet. Bien qu’on s’attende àce qu’elle diminue, la croissance économique mondiale devrait demeurersuffisamment forte pour soutenir la demande et maintenir les stocks de métauxà un bas niveau. En 2006, l’intensification de la production de métaux et lapoursuite de la décélération de la croissance économique mondiale ne devraientprovoquer que de légères baisses des prix. »

En raison du maintien des prix de pratiquement toutes ses composantes, lesous-indice des produits forestiers est demeuré généralement stable en mars.« Cette période de stabilité fait suite à trois augmentations mensuellesconsécutives qui ont permis de regagner la plus grande partie du terrain perdupendant la correction marquée qui a eu lieu l’automne dernier », a expliquéM. Sweet.

Les marchés du bois d’oeuvre et des panneaux de construction ont continuéde bénéficier de la forte demande et de la rareté des stocks, alors que lesmarchés des pâtes et papiers se préparaient en vue de nouvelles hausses desprix devant se produire au cours des mois à venir. Le ralentissement prévu desmises en chantier devrait miner les conditions du marché des produitsforestiers durant la seconde moitié de cette année. Entre-temps, unecroissance économique soutenue et une bonne gestion des stocks devraientaméliorer les perspectives pour les pâtes et papiers pendant la plus grandepartie de l’année.

       Indice des prix des marchandises de BMO Groupe financier, mars 2005    ————————————————————————-                    Niveau de mars 2005  Variation en pour cent par rapport à                 (1993 = 100)  un mois plus tôt     un an plus tôt    ————————————————————————-    Ensemble des     marchandises             183,6                7,0               20,6    ————————————————————————-    Pétrole et gaz            322,9               14,3               38,6    ————————————————————————-    Métaux et minéraux        164,0                4,1               15,6    ————————————————————————-    Produits forestiers       127,6               -0,1                7,5    ————————————————————————-    Agriculture               102,2                2,6               -5,7    ————————————————————————-

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Banque de Montréal
http://www.bmo.com/francais/index.html

Commentaires