Ligne de temps

Les changements climatiques auront des conséquences nombreuses pour l’agriculture

L’agriculture sera aux premières loges des changements climatiques qui affecteront le continent nord-américain, selon un récent rapport émis par le gouvernement américain. Ce rapport émis tous les quatre ans par 300 experts, dont des scientifiques, des universitaires et des gens de l’industrie confirment que la concentration de CO2 dans l’atmosphère a atteint des niveaux jamais vu et que la cause en est l’activité humaine. Il existe un large consensus sur le fait que plus le système de la Terre est poussé loin et rapidement vers le réchauffement, plus le risque de changements et d’impacts imprévus est grand. Certains de ces changements sont potentiellement importants et irréversibles, selon les auteurs du rapport. La température moyenne mondiale a augmenté de 1,8 degrés Fahrenheit entre 1901 et 2016.

La bonne nouvelle est que certaines pratiques peuvent atténuer les effets des changements climatiques.

Quelques unes des conséquences:

Les augmentations de température à long terme réduiront les rendements moyens de nombreuses cultures telles que le maïs, le soya, le blé, le riz, le sorgho, le coton, l’avoine et l’ensilage en raison de la hausse des niveaux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère

L’augmentation de température aura un impact sur le bétail et les volailles en raison d’un plus grand stress sur leur métabolisme. Les vaches laitières seraient particulièrement à risque. Le rapport cite une étude indiquant que l’industrie laitière s’attend à une baisse de production liée au stress thermique de 0,60% à 1,35% pour la moyenne des produits laitiers au cours des 12 prochaines années.

Parmi les bonnes pratiques à adopter, le rapport en cite quelques unes.

•Privilégier du bétail génétiquement adapté aux conditions locales.

• Des rations alimentaires qui aident le bétail à mieux supporter le stress thermique.

• Installation de structures d’ombrage permanentes ou portables et / ou plantation d’arbres. Des études ont montré que l’ombrage associé à des ventilateurs et à des technologies d’arrosage ou de refroidissement par évaporation peut atténuer les effets à court terme du stress thermique sur la production animale et l’efficacité de la reproduction.

• Aligner les pratiques d’alimentation et de gestion sur les périodes les plus fraîches de la journée et réduire les efforts requis par les animaux pour accéder à la nourriture et à l’eau.

Il faudra s’habituer à certains changements, dont des précipitations plus fréquentes et plus fortes, surtout au nord-est du continent américain. Certaines nappes phréatiques montrent aussi un épuisement de leur ressources qui ne pourront pas être renouvelés, ce qui est le cas pour le centre des États-Unis qui irrigue leur cultures en temps de sécheresse grâce à ces sources d’eau. Les grandes plaines souffrent aussi du réchauffement et d’un appauvrissement des terres. Certaines pratiques déjà adaptées par les agriculteurs ont un impact favorable, relève le rapport.

•Sélection de variétés de cultures et d’espèces répondant aux changements de degrés-jours de croissance et aux exigences de taux, de calendrier et de placement des engrais correspondant aux besoins des plantes.

• Changements de rotation des cultures

• Mise en place de cultures de couverture

• gestion améliorée de l’irrigation

D’autres outils pour aider l’agriculture à s’adapter aux effets néfastes des changements climatiques comprennent:

• Lutte intégrée contre les ravageurs et les maladies

• Utilisation des outils de prévision climatique

• Utilisation de la couverture d’assurance-récolte pour réduire les risques financiers

Source: Successul Farming

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires