Les nouveaux programmes de gestion des risques de l’entreprise sont moins efficaces

Ottawa (Ontario), 17 mars 2003 – Au moment où le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Lyle Vanclief, achève une tournée pancanadienne au cours de laquelle il a rencontré des groupes des milieux urbains et de l’industrie pour faire la promotion du Cadre stratégique pour l’agriculture, le gouvernement doit prendre conscience que le message venant des producteurs est cohérent et inchangé : les programmes actuels de gestion des risques de l’entreprise doivent être prolongés pour laisser le temps de bien mettre au point les nouveaux programmes.

« Les programmes de gestion des risques de l’entreprise qui sont proposés seront moins efficaces pour les agriculteurs que les programmes actuels. Ils coûteront plus cher, offriront une moins bonne protection et prêteront flanc à des recours commerciaux, a déclaré Bob Friesen, président de la Fédération canadienne de l’agriculture. J’ai entendu des commentaires des groupements de producteurs qui ont rencontré le ministre au cours des deux dernières semaines. Ses présentations n’ont abordé aucune de leurs préoccupations. Notre message demeure donc inchangé. Nous avons besoin de plus de temps pour arriver à concevoir des programmes efficaces. »

Alors qu’il ne reste plus que quelques semaines avant la date limite du 31 mars, les producteurs canadiens sont toujours très inquiets concernant les programmes de gestion de risque de l’entreprise que prévoit le gouvernement fédéral pour le CSA. Les propositions au programme pourraient bien signifier une diminution des fonds disponibles pour les agriculteurs lorsqu’ils sont en situation de crise, ne protégeront pas les producteurs contre les fléchissements des prix à long terme, accroîtront la vulnérabilité des programmes canadiens aux contestations commerciales venant de l’étranger et ne tiennent pas compte de la diversité provinciale.

Plutôt que d’atteindre objectif annonce consistant à mettre fin à l’approche de gestion de crises au sein de l’industrie exacerberont, ces propositions vont envenimer la situation. Ces inquiétudes de la FCA ont été partagées par de nombreux groupes industriels provinciaux partout au pays, ainsi que par les producteurs du comité national du CSRN et les membres du Comité consultatif national sur la sécurité du revenu relevant directement du ministre.

« Nous avons fait parvenir ce message au ministre, M. Vanclief, maintes et maintes fois. Plutôt que d’essayer de tenir compte de nos inquiétudes, il dépense l’argent des contribuables à essayer de vendre des programmes erronés et à transmettre un message embrouillant aux consommateurs urbains» a déclaré M. Friesen. «Si c’était un bon programme, il n’aurait pas besoin de le vendre, l’industrie se ferait un plaisir de le vendre pour lui. Il est évident que nous n’en sommes pas là.»

Les groupes industriels appuient en principe les propositions des autres services du CSA, tels que les programmes touchant l’environnement, la sécurité alimentaire, le renouveau, la science et l’innovation. Toutefois, les programmes de gestion de risque de l’entreprise ne respectent pas l’esprit de l’accord signé à Whitehorse. Lors de l’assemblée annuelle de la FCA, le 27 février dernier, M. Vanclief a dit aux producteurs qu’il «n’avait aucunement l’intention de retarder les changements.»

Les producteurs sont tout particulièrement inquiets de la confusion qui risque de s’ensuivre, si de programmes insatisfaisant et non fini sont mis en oeuvre au milieu de l’année.

« Si on change les programmes simplement pour changer, on ira à l’encontre du but recherché, a fait valoir M. Friesen. Il serait carrément irresponsable de mettre en place un programme sans régler tous les détails ni aborder les réserves de l’industrie. Prenons le temps qu’il faut pour bien mettre au point l’élément gestion des risques de l’entreprise au lieu de nous laisser brusquer par une date butoir arbitraire. Nous ne demandons qu’une année. Nous sommes convaincus de pouvoir atteindre notre but en un an. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires