Les semenciers canadiens se regroupent sans les producteurs

Les discussions et le vote devant mener à une organisation unique des semenciers ayant échoué, quatre des cinq groupes ont décidé de s’unir pour former une seule association. Si les conseils d’administration et les membres approuvent, Semences Canada devrait voir le jour en février 2021.

Lors d’un vote qui a eu lieu au cours des six dernières semaines, les membres de ces cinq groupes devaient décider s’ils se regroupaient ou non : Canadian Plant Technology Agency (CPTA), l’Association des analystes de semences (ACPS), l’Institut canadien des semences (ICS), l’Association canadienne du commerce des semences (ACCS) et l’Association canadienne des producteurs de semences (ACPS).

Une majorité des membres des quatre premières organisations ont voté en faveur, tandis que les membres de l’Association canadienne des producteurs de semences ont décliné.

Après consultation, les autres groupes ont décidé de mettre en branle le processus de regroupement, sans l’ACPA, se basant sur le fait que le vote favorable avait obtenu au moins le deux-tiers des votes parmi leurs membres.

Selon le communiqué de presse émis, l’objectif  du nouveau groupe demeure le même, soit « de devenir la voix du secteur des semences, comprenant les producteurs de semences, les analystes et les commerçants de semences (…) de partout au pays ».

Les quatre organisations ont l’intention de mettre à jour le document de ratification de Semences Canada avant de procéder à un nouveau vote des membres. Le but serait ainsi « de s’assurer que les membres et les intervenants, notamment les producteurs de semences, perçoivent la valeur du nouveau document de fusion ».

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires