Les ventes se sont effondrées après les attentats mais l’espoir subsiste

Washington (États-Unis), 12 octobre 2001 – Les ventes de détail se sont effondrées aux Etats-Unis en septembre après les attentats mais un autre indice est venu montrer vendredi que l’inflation est sous contrôle ce qui laisse une marge de manoeuvre pour de nouvelles mesures de relance de l’économie.

Les ventes de détail ont chuté de 2,4% en septembre par rapport à août alors que les analystes tablaient en moyenne sur une baisse de seulement 0,7%.

Il s’agit du plus fort recul de ces ventes depuis que le département du Commerce a commencé la compilation sous la forme actuelle de cette statistique en février 1992.

« Les dépenses de consommation se sont effondrées en septembre et nous nous attendons à ce que cela continue sur le trimestre », a estimé Gerald Cohen, économiste auprès de la banque d’affaires Merrill Lynch.

« Nous savions que les ventes de détail s’étaient effondrées après le 11 septembre et ces chiffres viennent le prouver, mais la vraie question est de savoir dans quelle mesure les acheteurs vont retourner dans les magasins en octobre », juge l’économiste indépendant Joel Naroff.

Un autre indice publié vendredi est venu apporter des signes d’espoir: l’indice des prix à la production a augmenté de 0,4% en septembre par rapport à août tandis que l’indice de base (hors alimentation et énergie) a progressé de 0,3%.

Cette hausse est un peu supérieure aux prévisions –les analystes tablaient sur une hausse de 0,2% des prix à la production et de 0,1% de l’indice de base– mais montre que l’inflation reste sous contrôle.

Gerald Cohen rappelle que les prix de l’énergie retenus pour cet indice sont ceux à la mi-septembre et qu’ils ont baissé depuis. « L’inflation est toujours inférieure à la croissance et nous nous attendons à ce que les pressions déflationnistes s’intensifient dans les mois à venir », ajoute-t-il.

« La Fed (la Banque centrale américaine) sait que l’inflation n’est pas un problème qui pourrait la faire hésiter si une autre baisse des taux se révélait nécessaire », affirme Joel Naroff.

Un autre signe d’espoir est venu avec la publication de l’indice de confiance des consommateurs aux Etats-Unis (préliminaire) qui s’est affiché en progression à 83,4 contre 81,8 en septembre, selon l’enquête de l’université du Michigan publiée vendredi. Les analystes s’attendaient à une baisse à 77 points.

« Avant de commencer à parler de récession, il faut regarder ce qui est arrivé récemment. Des soldes importantes et des conditions de financement avantageuses ont ramené les acheteurs chez le concessionnaires et les détaillants ont baissé leurs prix ce qui fait rebondir les ventes dans les grands magasins. Ce n’est pas encore une reprise spectaculaire mais l’impression d’un effondrement laissée par les chiffres des ventes de détail en septembre n’est pas correcte non plus », tempère Joel Naroff.

« Avec des pressions inflationnistes qui devraient disparaître dans les prochains mois, les autorités monétaires et politiques devraient se concentrer sur la relance de la demande », affirme David Hueter, économiste en chef de l’Association de l’industrie manufacturière américaine.

« Le Congrès doit maintenant agir dans le cadre du plan de relance économique du président Bush et accélérer les réductions d’impôts notamment pour les revenus bas et moyens, décider de déductions fiscales plus rapides pour l’achat de nouveaux équipements et d’une suppression du seuil d’imposition minimum », ajoute-t-il.

Source : AFP

Commentaires