Levée du moratoire : réaction de l’UPA

Longueuil (Québec), 17 décembre 2004 – « Le gouvernement aura beau prétendre qu’il a levé les contraintes sur la production porcine, il n’en est rien. Il a carrément fait volte-face, resserrant même l’étau, et il pousse l’odieux jusqu’à introduire un nouveau moratoire sur les productions végétales. »

C’est en ces termes qu’a réagi, aujourd’hui, le président de l’Union des producteurs agricoles (UPA), M. Laurent Pellerin, à la suite de la publication des plus récentes modifications du Règlement sur les exploitations agricoles concernant la production porcine, un règlement adopté à la vapeur sans l’habituel processus de consultation publique.

« Le gouvernement ne s’est pas contenté de reconduire intégralement le moratoire dans 228 municipalités supposément en surplus, a vivement dénoncé M. Pellerin, mais il l’étend à 339 autres, introduisant de nouvelles contraintes, tant et si bien que ce sont les deux tiers des municipalités québécoises avec une zone agricole, soit un total de 567, qui tombent désormais sous le coup de contraintes paralysantes. »

Mais il y a pire. Le gouvernement ne se limite plus seulement à la production porcine. Il prend prétexte de celle-ci pour interdire toute nouvelle culture végétale dans les 567 municipalités en question. Résultat : un moratoire sur les productions végétales dans une très large partie du Québec agricole! Que vous soyez producteur de porcs, producteur de bovins, producteur de céréales, producteur de bleuets ou autre, impossible désormais de mettre de nouvelles superficies en culture dans ces localités.

En cadenassant nos productions de cette façon, non seulement on va trop loin, s’indigne le président de l’UPA, mais on ajoute encore une autre tracasserie sur le dos des agriculteurs, soit de déclarer leurs superficies en culture, eux qui sont déjà obligés de s’astreindre à des normes de toutes sortes, à des plans agroenvironnementaux de fertilisation, à des bilans phosphore, à des plans d’accompagnement environnementaux, à des registres d’épandage, etc.

« Il faut être plus catholique que le pape, et ce, même si l’agriculture québécoise affiche, à l’échelle canadienne, les meilleurs gains environnementaux et même s’il est établi que le dépassement des normes de phosphore dans l’eau est loin d’être seulement attribuable aux activités agricoles, mais aussi municipales et industrielles. Sauf que c’est à nous qu’on fait porter le chapeau, » s’insurge M. Pellerin.

En somme, avec ces nouvelles exigences et celles de la loi 54 adoptée un peu plus tôt cet automne, il est pour ainsi dire quasiment impossible d’aller de l’avant avec tout nouveau projet de production porcine au Québec. Cette loi oblige en effet à traverser un processus de consultations publiques laborieux sujet à partialité, elle attribue également aux municipalités le pouvoir d’ajouter leurs propres conditions réglementaires aux normes provinciales de même qu’elle leur confère un pouvoir de contingentement quant au nombre d’établissements sur leur territoire.

« L’épée de Damoclès qui plane depuis deux ans et demi au-dessus de la tête des producteurs de porcs, le gouvernement vient de la laisser tomber, déplore le président de l’UPA. Il nous a floués, il a louvoyé, tergiversé, s’est retranché derrière les faux-semblants et les belles paroles pour finalement se cacher derrière les municipalités. Nous étions en temps d’arrêt transitoire, nous voilà maintenant en plein moratoire durable et à double tour en plus! »

« C’est carrément odieux pour des gens qui ont considérablement amélioré leurs pratiques agroenvironnementales ces dix dernières années et qui, dans tout ce débat qui met en cause leur gagne-pain, ont agi de façon responsable et pondérée, croyant de bonne foi que le gouvernement ferait réellement une place à l’avenir de leur production dans une perspective de développement durable. Odieux non seulement pour eux, mais pour l’ensemble du monde agricole. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires