L’expansion de l’agriculture affectera les zones vertes et les forêts

Edmonton (Alberta), 13 avril 2001 – L’agriculture pourrait être aussi désastreuse pour la planète que le réchauffement climatique si elle continue de progresser comme elle le fait depuis 35 ans, affirme un écologiste.

La révolution verte a doublé la production alimentaire mondiale, mais à un coût très élevé pour l’environnement, explique le professeur David Schindler, de l’Université de l’Alberta.

M. Schindler est l’un des 10 coauteurs d’une étude publiée samedi dans « Science », une publication scientifique prestigieuse.

Les 10 écologistes prédisent que la nécessité de nourrir une population mondiale plus riche et 50 pour cent plus élevée que les six milliards d’habitants actuels de la planète sera un facteur très important de changements environnementaux au cours des 50 prochaines années.

Si les tendances actuelles se poursuivent, une étendue totale plus grande que les Etats-Unis sera formée de terres agricoles et de pâturages qui étaient auparavant des forêts et d’autres zones naturelles, souligne l’étude. Il y aura par conséquent une utilisation accrue de l’engrais et des pesticides, ce qui menacera les sources d’approvisionnement en eau et la santé des humains.

Selon les auteurs de l’étude, l’expansion de l’agriculture risque de se produire plus particulièrement en Amérique latine et en Afrique centrale sub-saharienne, et de réduire du tiers ce qui reste des forêts tropicales et tempérées, des savanes boisées et des prairies.

Les tendances ne diminueront pas ou ne régresseront pas à moins que l’on consacre plus de ressources pour trouver des solutions, conclut l’étude.

« A mon avis, l’eau sera le facteur décisif », a déclaré M. Schindler au cours d’une entrevue. « Si nous augmentons la production, il faudra plus d’eau, et je crois que nous n’avons pas la quantité nécessaire. »

Les auteurs de l’étude qui, à l’exception de M. Schindler, sont tous attachés à des universités américaines, soulignent que la révolution verte a considérablement réduit la faim dans le monde. Ils précisent cependant qu’à moins que la population mondiale cesse de s’accroître, la production alimentaire devra être augmentée considérablement au cours des 50 prochaines années.

Les écologistes préconisent une nouvelle révolution verte qui assurerait un meilleur traitement des déchets d’origine animale, une utilisation plus adéquate de l’eau, ainsi qu’une meilleure gestion du sol et des récoltes en utilisant moins d’engrais et de pesticides.

Source : Presse Canadienne

Commentaires