L’Indice du prix des produits de base agricoles enregistre une remontée en octobre

Toronto (Ontario), 22 novembre 2004 – Après le déclin constaté en septembre,l’Indice du prix des produits de base de la Banque Scotia, qui mesurel’évolution des prix établis par 32 grands exportateurs du Canada, a progresséde 0,9 % en octobre pour atteindre 21,2 %, ce qui représente une augmentationpar rapport à l’an dernier. L’Indice du pétrole et du gaz a grimpé de 12,4 %en glissement mensuel. En effet, les prix du pétrole brut lourd et léger ontfracassé des records. De plus, les prix d’exportation du gaz naturel ainsi queles prix du propane ont enregistré une remontée, après le déclin temporaireobservé en septembre. Par ailleurs, l’Indice des métaux et des minéraux abondi, atteignant un niveau maximal depuis avril 1989 (période extrêmementpropice aux prix des produits de base).

En outre, l’Indice agricole a enregistré une remontée en octobre, grâce à l’affermissement des prix du blé à moudre de grade 1. Bien que la récolte mondiale de blé ait franchi de nouveauxrecords cette année, le Canada et les Etats-Unis ont classé une portionsingulièrement importante de leur récolte printanière dans la catégorie « bléd’alimentation », plutôt que dans la catégorie « blé pour pain de qualitésupérieure ». Ces développements ont fortement neutralisé la chute de 11 % del’Indice des produits forestiers en glissement mensuel, principalementinfluencée par la situation des produits du bois.

« L’activité industrielle des pays du G7 a nettement ralenti au troisièmetrimestre (en particulier au Japon, au Royaume-Uni et en Allemagne). Il resteque, durant le présent cycle économique, le dynamisme renouvelé des placementsà revenu fixe en Chine et la reprise des achats de cuivre par ce pays ontrehaussé les prix des métaux de base à leur niveau optimal », a déclaréPatricia Mohr, vice-présidente et spécialiste des produits de base au serviced’Etudes économiques Scotia. « Malheureusement, le recul accentué des prix dubois de construction et des panneaux de grandes particules orientées, en plusdu ralentissement récent des prix du pétrole brut, affaibliront grandementl’indice d’ensemble en novembre. Au Canada, les fabricants de produits de baseet les investisseurs peuvent s’attendre à de nouveaux gains dans le domainedes prix du charbon cokéfiable, du minerai de fer, de l’uranium et des’papiers de pâte mécanique spécialisés’ durant les six prochains mois. Acompter d’avril 2005, début de la prochaine année contractuelle, l’élévationdes prix du charbon cokéfiable de l’Ouest canadien au Japon, en passant pard’autres marchés asiatiques, devrait être spectaculaire. »

L’Indice des métaux et des minéraux s’est révélé exceptionnellement forten octobre, puisqu’il a augmenté de 4,5 % en glissement mensuel. D’ailleurs,il devrait se raffermir au cours des six prochains mois. La faiblesse accruedu dollar américain au change (en particulier contre l’euro) a gonflé les prixde l’or et de l’argent en octobre et en novembre. En effet, le prix de l’or aatteint 445,60 $US l’once le 19 novembre (niveau record depuis le milieu de1988), et le prix de l’argent, 7,59 $US l’once, marque particulièrementélevée.

« A partir d’avril 2005, qui correspond au début d’une nouvelle annéecontractuelle, les producteurs de charbon cokéfiable de l’Ouest canadien et del’Australie entameront la négociation de leurs prix avec les acheteursasiatiques », a précisé Mme Mohr. « Les prix du charbon cokéfiable dur devraientconnaître une poussée fulgurante, étant donné la rigueur de l’offre et de lademande à l’échelle mondiale, sans oublier l’élévation des prix du marché aucomptant, qui s’établissent entre 125 et 135 $US la tonne franco bord, encomparaison d’un intervalle d’à peine 30 à 35 $US en 2000-2001. Par ailleurs,les mineurs américains et les acheteurs européens ont déjà conclu des accordspour l’an prochain. Les prix passeront d’une moyenne de 85 à 90 $US la tonne àun intervalle situé entre 110 et 130 $US (ce qui représente un accroissementde 37 %). »

Compte tenu de ces contrats, les prix du charbon cokéfiable dur produitdans l’Ouest canadien et vendu au Japon en vertu de « contrats de reconductiontacite » devraient vraisemblablement bondir d’environ 50 %, pour s’élever entre80 et 85 $US la tonne (franco bord à Vancouver), le record précédent ayant étéfranchi en 1972, par rapport à un prix moyen de vente actuel de 54,80 $US. Ceprix avait atteint antérieurement un sommet de 67 $US durant l’exercice 1982.En conséquence, les prix moyens de vente entre l’Ouest canadien et tous lesmarchés asiatiques, y compris la valeur de certaines expéditions au comptant,pourraient bien grimper à 100 $US la tonne (et presque doubler par rapport auxprix enregistrés pour l’exercice actuel). Les prix moyens acquittés par laChine devraient dépasser de 10 à 20 $US les prix exigés au Japon et en Coréedu Sud. Lors du premier semestre de l’année contractuelle 2004, lesexportations canadiennes de charbon à coke métallurgique vers l’Asie du Nordont totalisé 5,987 millions de tonnes, dont une portion de 49,9 % destinée auJapon, une portion de 25,6 % destinée à la Corée du Sud, une portion de 17,8 %destinée à la Chine et une portion de 6,6 % destinée à Taiwan. Par ailleurs,l’expansion des mines de Cheviot Creek et de Fording River devrait égalementstimuler le volume des exportations canadiennes au cours de la prochaineannée.

Les prix du zinc, produit de base important au Canada, ont repris de lavigueur en octobre. Bien que les prix du zinc accusent un certain retard parrapport à ceux des autres métaux de base, depuis le ralentissement cycliqueenregistré à la fin de 2001, ses bases sont en voie de se renforcer. Al’échelle mondiale, la capacité excessive des fours industriels, sans oublierleur refus de gérer l’approvisionnement, a entraîné une stagnation des prix eta entravé leur stabilisation. Bien que les estimations indiquent que laconsommation mondiale excède l’approvisionnement en métaux raffinés cetteannée, les actions de la Bourse des métaux de Londres se sont maintenuesincessamment à la hausse (jusqu’à tout récemment), à l’instar des prix deréférence et des actions « cachées » dont les maisons de commerce assurent lamise en marché. Durant les dernières semaines, cependant, les actions de laBourse des métaux de Londres ont finalement descendu sous la barre des 700 000tonnes, laissant supposer le glissement des actions cachées.

« A l’heure actuelle, la Chine assure l’expansion de sa production d’aciergalvanisé, qui devrait passer de 5 millions de tonnes, en 2004, à près de 9millions de tonnes en 2005, et donc renforcer la demande relative au zinc. Deplus, cette avancée devrait neutraliser les répercussions entraînées sur lezinc en 2005, vu le ralentissement modéré de la construction résidentielle auxEtats-Unis, de même qu’une légère augmentation prévue quant à la production devéhicules automobiles en Amérique du Nord (+1 %), » a commenté Mme Mohr.

Récemment, les prix du pétrole brut West Texas Intermediate se sont denouveau cantonnés dans un intervalle de 46 à 48 $US le baril, après avoiratteint un record de 55,17 $US à la fin octobre. Néanmoins,l’approvisionnement constant en fuel domestique aux Etats-Unis devraitmaintenir les prix à la hausse au cours des prochains mois.

Les services des études économiques de la Banque Scotia proposent à leurclientèle une analyse approfondie des facteurs qui façonnent l’avenir duCanada et de l’économie mondiale, notamment l’évolution macro-économique, lestendances des marchés des changes et des capitaux, le rendement des produitsde base et de l’industrie, et les enjeux relatifs aux politiques monétaires,fiscales et gouvernementales.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Banque Scotia
http://www.scotiabank.ca./ScotiabankFr/index.html

Commentaires