L’OCDE prévoit une reprise de la croissance en 2002 au Canada

Londres (Grande-Bretagne), 3 mai 2001 – La croissance économique canadienne devrait afficher une certaine mollesse jusqu’à la mi-2001 mais reprendra de la vigueur en 2002 grâce aux réductions d’impôts et de taux d’intérêt, a estimé jeudi l’Organisation de coopération et développement économiques.

L’organisme basé à Paris a prédit dans son rapport semestriel que le produit intérieur brut (PIB) du Canada ralentira à 2,3% en 2001 comparativement à 4,7% l’an dernier, mais qu’il se redressera à 3,2% l’an prochain.

“Bien que la situation aux États-Unis pose un certain risque aux perspectives, l’amélioration des bases macroéconomiques, combinée à une conjoncture favorable du secteur des affaires, ont placé l’économie en meilleure posture pour composer avec de tels développement extérieurs”, a dit l’organisme dans son rapport.

Le rapport indique aussi qu’étant donné le retour d’un certain surplus d’inventaire dans l’économie, les récentes baisses de taux d’intérêt de la Banque du Canada s’inscrivent parfaitement dans ses efforts visant à garder l’inflation de référence — excluant l’alimentation et l’énergie — entre 1 et 3%.

L’OCDE a dit que de nouvelles réductions des taux d’intérêt pourraient s’avérer nécessaires afin de répondre à cette fourchette cible si de nouvelles données révélaient toujours la persistance d’un trop grand jeu dans l’économie.

L’organisme croit que les prix à la consommation dans l’ensemble grimperont de 2,1% cette année et l’an prochain.

Ces prévisions incluent toutefois une prochaine réduction des taux, suivie d’une légère hausse vers la mi-2002 lorsque la croissance s’approchera du potentiel de production.

Selon l’OCDE, le principal risque pour cette série de prévisions serait une récession aux États-Unis, qui ont reçu 86% des exportations canadiennes l’an dernier. Une telle récession affecterait également la confiance des consommateurs et nuirait aux dépenses.

Sur le plan fiscal, l’organisme appuie la politique de réductionS d’impôts à moyen terme que préconise actuellement le gouvernement canadien, mais a dit que ce dernier devait continuer à rembourser sa dette qui demeure “toujours élevée”.

Le taux de chômage se situera probablement à 7,2% en 2001 et 2002, par rapport à 6,8% l’an dernier, a ajouté l’OCDE.

Source : Reuters

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

http://www.oecd.org/

Commentaires