L’Ontario investit dans la salubrité de l’eau et des aliments

Mississauga (Ontario), le 11 septembre 2000 – Le ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales, M. Ernie Hardeman, a annoncé aujourd’hui que le gouvernement de l’Ontario et des partenaires du secteur privé investiraient plus de 3,5 millions de dollars dans la recherche afin de mettre au point des méthodes permettant de détecter rapidement la présence de contaminants dans l’eau et les aliments.







Le gouvernement provincial accordera 1,7 million de dollars à des partenaires pour qu’ils mettent au point des plants de tabac et de pommes de terre produisant des anticorps pouvant détecter la présence d’agents pathogènes dans les aliments.


Dans le cadre de son programme « Un avenir prometteur pour l’agriculture de l’Ontario », le gouvernement provincial accordera 1,7 million de dollars à des partenaires pour qu’ils mettent au point des plants de tabac et de pommes de terre produisant des anticorps pouvant détecter la présence d’agents pathogènes dans les aliments tels que la Listeria et l’E. coli 0157:H7; de parasites se trouvant dans l’eau tels que le Cryptosporidium parvum; et de contaminants organiques tels que les BPC et les dioxines. Ces anticorps seront ensuite intégrés aux matériaux d’emballage pour qu’on puisse détecter la présence de contaminants alimentaires.

« Ce projet de pointe s’inscrit parfaitement dans le cadre des objectifs du Programme ” Un avenir prometteur pour l’agriculture de l’Ontario ” , qui consistent à assurer la salubrité de l’eau et des aliments et à ouvrir de nouveaux marchés, a déclaré M. Hardeman. Je tiens à remercier nos partenaires – Ontario Agri-Food Technologies, Toxin Alert et Syn X Pharma Incorporated – d’avoir proposé cet excellent projet, d’investir dans cette initiative et de contribuer à sa réalisation. »

Les travaux de recherche seront effectués à l’Université de Guelph. Les objectifs du projet, d’une durée de trois ans, sont les suivants :


  • mettre au point des plantes pouvant produire des anticorps;
  • évaluer des plants de tabac et de pommes de terre à identité préservée cultivés en plein champ afin de déterminer leur production d’anticorps;
  • parvenir à une épuration à petite et à grande échelles d’anticorps provenant de plantes transgéniques;
  • intégrer les anticorps aux matériaux d’emballage utilisés dans l’industrie alimentaire;
  • démontrer l’utilité de ces matériaux pour la détection de contaminants alimentaires.

« On se sert d’anticorps depuis plusieurs années pour détecter la présence de contaminants, mais les coûts d’utilisation sont élevés. En faisant appel à des anticorps de qualité produits par des plantes, on réalisera des économies considérables et on pourra utiliser ces anticorps dans d’autres secteurs, ce qui était trop coûteux dans le passé, a déclaré le président de la société Ontario Agri-Food Technologies, M. Gord Surgeoner. Ce projet amorcera le processus en créant de nouveaux marchés pour les agriculteurs tout en rendant le système d’approvisionnement alimentaire encore plus sûr. »

Le Programme « Un avenir prometteur pour l’agriculture de l’Ontario », d’une durée de quatre ans et doté d’un budget de 90 millions de dollars, a pour but d’accroître la salubrité et la qualité des produits alimentaires de l’Ontario, de créer des possibilités de commercialisation et d’exportation, d’améliorer la qualité de l’eau en milieu rural et de veiller à l’utilisation efficace des ressources en eau. Pour obtenir plus de renseignements sur le programme, composer le 1 888 588-4111 ou consulter le site Web du ministère de
l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et des affaires rurales de l’Ontario

http://www.gov.on.ca/OMAFRA/french/

Commentaires