L’opposition aurait souhaité que les libéraux annoncent un budget

Ottawa (Ontario), 30 janvier 2001 – L’annonce d’un budget. C’est ce que les partis d’opposition aux Communes souhaitent le plus retrouver dans le discours du Trône présenté par le gouvernement Chrétien mardi.

Les menaces de récession pesant de plus en plus lourd, les libéraux se devaient de préparer l’économie canadienne à affronter le pire, estime l’opposition. « Il y a quelques bons programmes que nous pouvons appuyer. Mais, le plus gros problème, c’est que nous nous dirigeons vers des temps économiques difficiles et il n’y a aucune mention à propos d’un budget », a souligné le chef de l’Alliance canadienne Stockwell Day.

« Les libéraux ignorent ce qui se passe aux Etats-Unis. Ils ne réduisent ni les impôts ni la dette. Le Canada sera encore moins concurrentiel en matière fiscale à l’égard des Etats-Unis », a-t-il ajouté.

Le gouvernement Chrétien a indiqué qu’il ne prévoit pas présenter de budget au mois de février comme le veut la tradition, étant donné le dépôt d’un mini-budget en octobre dernier. Ce sera plus tard dans l’année à un moment qui reste à être déterminé.

Pourtant, selon le chef conservateur Joe Clark, les raisons ne manquent pas pour élaborer un nouveau budget. « Nous en avons besoin d’un au Canada pour tenir compte de deux réalités. Il y a plusieurs citoyens canadiens qui sont en train de perdre leurs emplois. La seconde raison, c’est que les autres pays, nos concurrents, sont en train de changer leurs politiques pour s’assurer que leurs économies sont plus efficaces », a-t-il dit.

Mais, de façon générale, M. Clark estime que le discours du Trône ne vaut pas le papier sur lequel il y a été écrit. « Ce n’est pas une façon sérieuse de commencer un Parlement. Ils ont ignoré les questions économiques, les questions à propos des ressources naturelles et de l’agriculture ainsi que la pêche », a-t-il dit.

Le chef bloquiste Gilles Duceppe a, quant à lui, déploré que les besoins du Québec aient été ignorés une fois de plus par les libéraux. « Le Québec n’y trouve pas sa place. Il doit se construire lui-même », a-t-il expliqué.

Ainsi, il estime que le gouvernement Chrétien aurait dû abandonner définitivement son projet de loi sur les jeunes contrevenants, qui a été amplement dénoncé au Québec. De plus, Ottawa aurait dû offrir son appui financier au projet de congés parentaux élaboré par le gouvernement québécois.

La leader néodémocrate Alexa McDonough réclame également un budget. A son avis, les besoins sociaux sont immenses au Canada. « Si les libéraux croyaient vraiment les fadaises qui sont dans le discours du Trône, ils annonceraient la présentation d’un budget pour attribuer des ressources afin d’implanter des programmes. A la place, nous n’avons aucune nouvelle initiative (sociale), seulement des petits bidules électroniquéputés à voter », a-t-il fait valoir.

Le gouvernement Chrétien a annoncé qu’il prévoyait implanter un système de vote électronique à la Chambre des communes.

Commentaires