L’OTA fait montre d’un optimisme prudent en regard des règlements proposés sur les produits organiques

Greenfield (États-Unis), le 7 mars 2000 – L’Organic Trade Association (OTA) a accueilli avec un optimisme prudent le dévoilement tant attendu de la proposition des normes nationales sur les produits organiques du ministère de l’Agriculture des Etats-Unis (USDA). La règle proposée est conçue pour donner suite à l’Organic Foods Production Act of 1990.







L’USDA a promis qu’elle n’inclurait pas l’irradiation, les OGM ou l’utilisation de boues d’épuration dans la production organique.


« L’Organic Trade Association est à la recherche de normes nationales sur les produits organiques depuis plus d’une décennie. Contrairement à certains secteurs, le secteur des produits organiques est réellement en faveur de ces normes afin de donner aux consommateurs l’assurance qu’ils réclament en ce qui concerne la certification des produits organiques », a expliqué Katherine DiMatteo, directrice générale de l’OTA.

L’OTA, représentante du secteur de l’agriculture organique en Amérique du Nord, maintient une ligne de conduite depuis 1988 et recherche depuis longtemps des normes organiques nationales qui accéléreraient l’acceptation mondiale des produits organiques en provenance des Etats-Unis. Le 20 octobre 1999, en prévision du règlement proposé par l’USDA, l’OTA a adopté les American Organic Standards (AOS), qui représentent le consensus du secteur quant aux pratiques acceptées en agriculture organique. Les délégués de l’USDA, se sont inspirés notamment des American Organic Standards pour l’élaboration du règlement proposé.

En étudiant le règlement, Mme DiMatteo a constaté : « Certaines des exigences peuvent se révéler difficiles à respecter par le secteur, particulièrement en ce qui concerne les activités de moindre importance. Par exemple : y aura-t-il suffisamment de produits approuvés pour permettre la production de produits organiques réclamée par les consommateurs? »

L’OTA a été déçue par la première proposition de l’USDA, publiée en décembre 1997. Cette version aurait permis les organismes génétiquement modifiés (OGM), l’irradiation des aliments, les antibiotiques pour le bétail et la production laitière, et l’utilisation de boues d’épuration dans la production organique. Après avoir reçu plus de 275 000 commentaires en réponse à cette proposition, l’USDA a promis qu’elle n’inclurait pas l’irradiation, les OGM ou l’utilisation de boues d’épuration dans la production organique dans sa dernière tentative. Il semble qu’elle ait finalement tenu sa promesse.

Au cours des prochains mois, les comités et les chefs de l’OTA réviseront attentivement le règlement proposé et déposeront une réponse officielle durant la période de commentaires, d’une durée de 90 jours.

Vous trouverez de plus amples informations concernant les normes nationales sur les produits organiques au site Web de l’OTA. L’OTA compte plus de 1100 membres, incluant des producteurs agricoles, des expéditeurs, des membres de l’industrie de transformation, des responsables de l’attestation, des associations d’agriculteurs, des distributeurs, des importateurs, des exportateurs, des conseillers, des détaillants, etc. Fondée en 1985, l’OTA encourage la subsistance mondiale par la promotion et la protection de la croissance d’échanges organiques diversifiés.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Organic Trade Association (OTA)

http://www.ota.com/

United States Department of Agriculture (USDA)

http://www.usda.gov/

Commentaires