L’étude sur la qualité de l’eau potable dans les zones d’exploitation agricole intensive

Longueuil (Québec), 9 décembre 2004 – Dans la foulée du dépôt de l’Etudesur la qualité de l’eau potable dans sept bassins versants en surplus defumiers et les impacts potentiels sur la santé, la Fédération des producteurs de porcs du Québec (FPPQ) est rassurée par ses conclusions qui dressent un portrait sécurisant à l’égard de la qualité de l’eau et des risques pour la santé auxquels seraient confrontés les résidents des zones d’agriculture intensive.

Rappelons que l’Etude de l’Institut national de santé publique du Québecportait sur les bassins versants suivants : Chaudière, Boyer, Etchemin,Nicolet, Yamaska, Bayonne et L’Assomption. Ces zones correspondent auxmunicipalités dans lesquelles l’activité agricole, la culture ou l’élevagecouvre 25 % ou plus du territoire.

« Bien que nous nous réjouissions de la teneur des conclusions de cetteétude, nous avons l’intention d’analyser plus en profondeur son contenu et decollaborer étroitement dans l’application du plan d’action gouvernemental quien découlera. Rappelons que les producteurs de porcs se sont toujours engagésà adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales afin de protégerl’environnement et en conséquence la santé de la population et nouscontinuerons en ce sens » a déclaré M. Corbeil, président de la FPPQ.

« Nous retenons également des conclusions de cette étude que la productionporcine ne constitue pas une menace à la santé publique. Il ne restemaintenant qu’à souhaiter que le gouvernement du Québec en fasse la promotionauprès de tous ceux qui auront un rôle à jouer dans le développement durablede notre production » a conclu le président.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Le Porc du Québec
http://www.leporcduquebec.qc.ca/

Commentaires