L’Union paysanne s’oppose à la levée du moratoire porcin

Sainte-Croix (Québec), 24 août 2005 – Le gouvernement du Québec vient d’annoncer son intention de lever le moratoire porcin au 15 décembre prochain. En compensation, il dépose un projet de modification du règlement sur les exploitations agricoles touchant les amas de fumier solide au champ et la disposition des cadavres d’animaux.

Pour l’Union paysanne, il s’agit d’une tentative de camouflage et il est honteux que les recommandations du Bureau d’Audiences Publiques en Environnement (BAPE) soient jetées à la poubelle, après un an de travail et 400 mémoires. Il est clair qu’un pseudo règlement sur les amas de fumier solide au champ ne touche aucunement une industrie basée sur la gestion liquide des fumiers.

Le gouvernement promet également des séances publiques avant l’implantation des projets. Il oublie toutefois de mentionner que ces séances ne pourront porter que sur des détails de construction comme une toiture sur la fosse ou une haie autour de la fosse. Pour le reste, ni le conseil municipal, ni la population n’aura la possibilité d’y changer quoi que ce soit.

L’Union paysanne et l’Union citoyenne paysanne (organismes affiliés) déposent donc leurs mémoires et accusent le gouvernement d’abandonner les populations rurales aux intérêts de l’industrie porcine, aux mépris des mécanismes démocratiques comme le BAPE et qu’il provoque ainsi un grave bris de confiance auprès des citoyens.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE)
http://www.bape.gouv.qc.ca/

Union Paysanne
http://www.unionpaysanne.com/

Commentaires