L’UPA Centre-du-Québec ferme la porte à l’intégration extérieure en production porcine

Nicolet (Québec), 15 avril 2002 – Le conseil d’administration de la Fédération de l’UPA du Centre-du-Québec a adopté une résolution lors de ses assises tenues le 9 avril dernier à l’effet que la Fédération régionale cessera désormais de défendre tout projet d’intégrateur/producteur provenant de l’extérieur de la région. Cette recommandation lui a été faite par son Comité de réflexion sur l’expansion des productions agricoles mis en place l’automne dernier par la Fédération régionale. Par ailleurs, la Fédération régionale travaillera, de concert avec le Syndicat des producteurs de porcs du Centre-du-Québec et les promoteurs locaux, à approfondir un modèle de production fondé sur la personne et la famille, propriétaires de l’entreprise.

Par cette résolution, le conseil d’administration de l’UPA Centre-du-Québec ne ferme pas la porte au développement de la production porcine. Toutefois, ce développement devra se faire dans un cadre bien défini où la ferme familiale, la saine gestion des fumiers, la cohabitation avec la population locale et le développement économique régional seront au rendez-vous.

La Fédération s’oppose donc à un type d’agriculture où des industriels de l’extérieur implantent des infrastructures au Centre-du-Québec et engagent des employés pour s’occuper de l’entreprise. « Ce n’est absolument pas notre vision de l’agriculture et nous voulons réaffirmer que pour l’UPA, la ferme familiale c’est avant tout un milieu de vie », de dire M. Denis Bilodeau, président de la Fédération régionale. M. BILODEAU ajoute : « En conséquence, nous voulons proposer un modèle d’entreprise à dimension humaine en se basant notamment sur le concept d’unité travail-personne (UTP), tel que développé dans nos programmes de stabilisation des revenus ». La formule permet, en effet, de déterminer le nombre d’unités animales nécessaires pour faire vivre une famille dans un encadrement agricole normal. « Par ailleurs, nous voulons travailler de concert avec nos partenaires de la région afin de favoriser ce modèle et contribuer à son implantation dans notre région, et ce, pas seulement dans la production porcine mais également dans l’ensemble des secteurs agricoles », ajoute M. BILODEAU.

M. Bilodeau est d’avis que l’agriculture est la voie incontournable de la ruralité dans la région Centre-du-Québec et qu’il suffit de mesurer son importance à l’extérieur des quelques zones urbaines pour bien comprendre cette réalité. « En favorisant le développement de fermes familiales dans nos rangs, nous soutenons l’économie et contribuons au maintien de nos populations locales. À l’inverse, plus nous allons étendre nos villages et revendiquer du territoire agricole, plus nous allons être intransigeants envers ceux et celles qui pratiquent l’agriculture et plus nous hypothéquons les fermes existantes et celles à venir.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération de l’UPA du Centre-du-Québec

http://www.centre-du-quebec.upa.qc.ca/

Commentaires