Lutte à l’agrile du frêne à Carignan : des abattage en mars

Montréal (Québec), 11 mars 2009 – Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune coordonnera l’abattage et l’élimination de 194 frênes touchés par l’agrile du frêne sur le territoire de la municipalité de Carignan. Ces arbres doivent être abattus et détruits avant le printemps 2009 afin d’éviter que l’insecte ravageur ne se disperse et s’attaque à d’autres frênes. Les travaux ont commencé le 9 mars et se dérouleront sur une période d’environ deux à trois semaines.

L’agrile du frêne est un coléoptère qui, au stade larvaire, endommage ettue les frênes. Les jeunes larves dévorent l’écorce interne et le cambium desfrênes. Le moyen le plus efficace pour contrôler sa dispersion à Carignan estl’abattage et la destruction rapide des arbres infestés. À la suite del’abattage, les frênes seront transformés sur place en copeaux de bois. Labiomasse ainsi produite sera par la suite transportée de façon sécuritairejusqu’à l’usine de cogénération de la compagnie Cascades à East Angus pour yêtre brûlée. Les frênes infestés par l’agrile serviront donc à produire del’énergie. Une portion des arbres abattus servira à des fins de recherche parles chercheurs du Service canadien des forêts et de l’INRS-Institut ArmandFrappier dans le but de mettre au point de nouveaux outils de lutte contrel’agrile du frêne. À titre de gestionnaire des forêts publiques, le ministèredes Ressources naturelles et de la Faune doit voir à ce que des stratégiesefficaces soient déployées afin de protéger le patrimoine forestier du Québec.

L’intervention sera financée conjointement par les partenaires du projetqui sont le ministère des Ressources naturelles et de la Faune, le ministèrede l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, le ministère desAffaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire et l’Agencecanadienne d’inspection des aliments (ACIA). La ville de Carignan collaboreaussi au projet.

L’agrile du frêne, originaire de la Chine, a été détecté pour la premièrefois au Québec en juin 2008 par l’ACIA, responsable de la détection et de lalutte contre les insectes ravageurs exotiques. La présence de l’insecte n’aété détectée dans aucun autre secteur situé sur le territoire québécois.

Le reboisement avec du frêne avait été favorisé dans plusieursmunicipalités du Québec au cours des années 80 en raison, notamment, de ladécimation des ormes par un autre ravageur exotique, la maladie hollandaise del’orme. Le territoire de l’ancienne ville de Montréal compte à lui seul prèsde 100 000 frênes.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Ministère des Ressources Naturelles du Québec
http://www.mrn.gouv.qc.ca/

Commentaires