Malgré les surplus, l’agriculture n’y trouve pas son compte

Longueuil, le 28 février 2000 – « Malgré les surplus, le budget Martin ne présente pas de mesures suffisantes, en dépit des prétentions du ministre, pour redonner au secteur agricole le soutien nécessaire afin de faire face à la concurrence mondiale », a réagi au discours du budget le président de l’Union des producteurs agricoles (UPA), M. Laurent Pellerin.







Le président de l’UPA déplore vivement qu’au moment où les Américains et les Européens augmentent leur soutien à l’agriculture, le Canada laisse péricliter son secteur agricole.


Faisant valoir qu’au fédéral, le soutien au secteur agroalimentaire a fondu de quasiment la moitié en huit ans, alors que le budget global restait à peu près le même, M. Pellerin a insisté pour dire que l’agriculture a besoin avant tout de mesures structurantes à long terme. « On aura beau, dit-il, injecter 240 millions dans l’Ouest, ce n’est jamais que pratiquer une médecine d’urgence et à courte vue ».

Le président de l’UPA déplore vivement qu’au moment où les Américains et les Européens augmentent leur soutien à l’agriculture, le Canada laisse péricliter son secteur agricole et, avec lui, l’économie du monde rural. Les chiffres de l’OCDE révèlent en effet que l’Union européenne et les États-Unis soutiennent leur agriculture à raison de 381 $ et 363 $ par habitant, respectivement, tandis que le Canada affiche un maigre 140 $.

« Devant une aussi féroce concurrence, l’agriculture a nettement besoin d’un programme compétitif de sécurité du revenu », de dire M. Pellerin, déplorant le fait que le ministre Martin soit demeuré sourd aux recommandations faites en ce sens par tout le secteur agricole canadien lors de la tenue de ses consultations prébudgétaires.

« On comprend mal, de conclure le président de l’UPA, qu’à l’ère des surplus retrouvés, le Canada n’ait pas les moyens d’être plus compétitif avec son agriculture, d’autant plus que le secteur agricole contribue au PIB national à hauteur de 10 % et à la création d’environ 10 % des emplois du pays et qu’il fournit aux Canadiens le panier d’épicerie le moins cher au monde ».

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

http://www.oecd.org/

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires