Ligne de temps

Moins d’indemnisations versées par la Financière agricole

La Financière agricole du Québec a déposé son bilan de l’assurance récolte 2014 qui prévoit verser 28,1 M$ en indemnités aux 2 932 entreprises ayant subi des pertes pour l’année d’assurance 2014. La moyenne annuelle des cinq dernières années est de 51,6 M$. En ce moment, 21 M$ ont été remis, surtout pour les céréales, le maïs et le soya.

Les principales causes de dommages pour 2015 sont l’excès de pluie (61%), les gels hâtif et tardif (16%), la sécheresse et l’excès de chaleur (9%), les maladies (4%), la grêle (3%) et d’autres causes (7%).

En ce qui concerne la sauvagine, les dommages occasionnés par l’oie blanche, la bernache et la grue du Canada ont représenté une superficie totale de 3871
Hectares (ha) de foin, soit une diminution de plus de 2000 ha par rapport à 2013. Pour cette culture, les indemnités versées au 9 février 2015 ont totalisé 549 300$ comparativement à 828 200$ en 2013. Pour le maïs-grain, le maïs fourrager, les céréales et le soya, la superficie a totalisé 353ha pour une indemnité de 110 200$ alors qu’une superficie de 3332ha avaient été endommagée en 2013 pour un montant de 1 543 100$ versé en indemnités.

La Financière indique que les conditions climatiques de la saison 2014 « ont été variables, mais somme toute favorables à la production agricole dans la majorité des régions ». La survie des vergers et des abeilles ont été bonnes, tout comme celle des prairies. La saison a débuté par une récolte tardive de sirop d’érable qui s’est avérée très bonne en quantité et en qualité. Le printemps humide et froid a toutefois retardé les semis et la pluie a aussi joué des tours au moment des récoltes. Le gel du 19 septembre a également causé des dégâts aux cultures dont le niveau de maturité était insuffisant. Les rendements des cultures annuelles ont différé en fonction des cultures et des régions. En général, les rendements et la qualité ont été légèrement inférieurs ou autour des moyennes.

La récolte des pommes et celle des bleuets ont de leur côté été très bonnes. Les rendements des fraises ont plutôt été moyen, mais inférieurs en Montérégie, au Saguenay et dans les Laurentides-Laval, en raison du gel hivernal, des maladies ou de l’excès de pluie.

Source: Financière agricole

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires