Neonics : les producteurs ontariens contraints de faire des évaluations parasitaires

ver

Ver fil-de-fer

Alors que c’est le temps des récoltes, les agriculteurs ontariens ont écopé d’une tâche additionnelle : ils doivent placer des trappes pour procéder à l’évaluation parasitaire de leurs terres. Le mois dernier, un juge ontarien a décrété que les nouveaux règlements provinciaux visant à réduire l’utilisation de semences traitées aux néonicotinoïdes demeureront en vigueur. Les producteurs ontariens creusent donc des trous dans leurs champs cet automne pour prouver que ces derniers sont infestés par des vers fil-de-fer.

« Nous devons creuser un trou dans le sol et y déposer du maïs ou de la farine pour attirer les vers fil-de-fer », indique Mark Brock, président de l’organisation Grain Farmers of Ontario.

Le gouvernement de l’Ontario a mis en place une nouvelle réglementation au printemps dernier dans le but de réduire de 80 % la quantité de semences de maïs et de soya traitées aux néonicotinoïdes. Les néonicotinoïdes ont été associés à la détérioration de la santé des colonies d’abeilles. Il y a même certains scientifiques qui croient que ces insecticides sont néfastes sur l’écosystème élargi.

Les producteurs de l’Ontario sont contraints de faire face à la nouvelle réglementation. Ils ont trois options : planter des semences de maïs et de soya qui n’ont pas été traitées aux néonicotinoïdes; planter des semences traitées aux néonicotinoïdes sur 50 % de leurs acres en 2016 ou prouver que leurs champs sont infestés pour justifier l’utilisation de néonicotinoïdes.

Mark Brock a choisi la troisième option. Il a creusé environ cinq trous aux 100 acres et les a surveillés pour prouver que ses terres sont infestées. Il a ensuite rempli les formulaires nécessaires et il attend maintenant la réponse du gouvernement provincial.

« De toute manière, j’ai déjà commandé mes semences de maïs pour l’an prochain », déclare Mark Brock. « Nous avons supposé que nos terres sont infestées et nous avons préparé nos commandes de semences en conséquence, afin de pouvoir obtenir des semences traitées. Nous allons nous ajuster dans les trois à quatre prochaines semaines, selon le résultat. »

Mark Brock soutient que l’automne n’est pas la saison idéale pour détecter les vers fil-de-fer. En effet, les vers fil-de-fer ne sont pas actifs à l’automne puisque le sol est froid et sec. Une autre complication réside dans le fait que le maïs et la farine attirent d’autres ravageurs. « Les mouffettes et les ratons laveurs semblent apprécier les trappes, affirme Mark Brock. Ils passent durant la nuit et les déterrent. »

Selon Mark Brock, la plupart des producteurs planifient d’utiliser des néonicotinoïdes, et ce, malgré les difficultés. « Nous avons toujours jugé nécessaire l’utilisation de néonicotinoïdes dans certaines conditions. Soit les agriculteurs se donnent la peine de faire des évaluations parasitaires, soit ils commandent 50 % de semences traitées aux néonicotinoïdes parce qu’ils valorisent le produit », indique-t-il.

L’organisation Grain Farmers of Ontario a contesté la nouvelle réglementation à la fin du mois de juin en demandant à la cour de reporter sa mise en vigueur au prochain mois de mai. Barry Senft, chef de la direction, soutient que les actions légales de l’organisation sont sans précédent. « La décision d’entreprendre des actions légales contre le gouvernement de l’Ontario n’a pas été facile, mais s’est avérée nécessaire. De plus, les résultats de notre stratégie élaborée seront cruciaux pour garantir le gagne-pain des producteurs de grains de la province », a déclaré Barry Senft en juin.

L’organisation soutient que la nouvelle réglementation n’a pas de base scientifique puisque le nombre de colonies d’abeilles est à la hausse en Ontario. L’organisation accuse donc la province d’avoir mis en place la réglementation pour gagner des votes auprès de la population urbaine.

Cet article de Robert Arnason publié dans The Western Producer est une traduction.

 

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires